L'année 2010 a été particulièrement meurtrière pour le personnel de l'ONU

L'année 2010 a été particulièrement meurtrière pour le personnel de l'ONU

media:entermedia_image:3fea1fa4-2b48-45c3-bd6f-69215853d1fe
A la veille de l'anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti, l'association du personnel des Nations Unies a souhaité rendre hommage aux nombreux employés des Nations Unies décédés l'an dernier au service de l'Organisation.

« L'association du personnel de l'ONU rend de nouveau hommage aux 102 employés de l'ONU qui sont morts lors du tremblement de terre en Haïti le 12 janvier 2010, la plus grosse perte de vie de l'histoire des opérations de maintien de la paix de l'ONU », a déclaré mardi le Président de l'association, Stephen Kisambira. « Une année plus tard la peine causée par cette perte n'a pas diminué », a-t-il ajouté.

Le tremblement de terre en Haïti a tué 59 employés civils de l'ONU et 43 membres des forces militaires et de police de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

L'an dernier, d'autres employés de l'ONU sont également décédés au service de l'Organisation ailleurs dans le monde : sept employés civils, 10 Casques bleus et plusieurs personnes travaillant pour des sous-traitants de l'ONU ont perdu leur vie dans des actes de violence, a souligné l'association.

« La région du Darfour au Soudan, la République démocratique du Congo (RDC) et l'Afghanistan ont été les endroits les plus dangereux pour le personnel des Nations Unies. Nous appelons les gouvernements concernés à faire le maximum pour garantir la protection du personnel de l'ONU et de son personnel affilié. Les enlèvements au Darfour sont particulièrement inquiétant », a dit M. Kisambira.