Le PNUD aide les agriculteurs touchés par les inondations au Pakistan

Le PNUD aide les agriculteurs touchés par les inondations au Pakistan

Les inondations catastrophiques qui ont ravagé le Pakistan en 2010,
Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a commencé la distribution de colis de graines et d'engrais à près de 10.000 agriculteurs pakistanais dont les terres et les équipements ont été détruits par les inondations qui ont ravagé le pays au cours de l'année.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a commencé la distribution de colis de graines et d'engrais à près de 10.000 agriculteurs pakistanais dont les terres et les équipements ont été détruits par les inondations qui ont ravagé le pays au cours de l'année.

Plus de 1400 ménages touchés par les inondations dans les districts de Jhang et Sargodh au Pendjab, la province la plus peuplée du Pakistan, ont reçu 50 kilos de graines et des sacs d'engrais à base d'urée destinés à fertiliser plus de 4000 acres de plantation.

« L'ensemencement des cultures hivernales est critique pour assurer les récoltes de la saison prochaine. Nous avons affecté 550 000 dollars pour aider les agriculteurs touchés par les inondations au Panjab à planter les cultures hivernales telles que le blé, l'orge et l'avoine », a expliqué Jean-Luc Stalon, Directeur de pays adjoint du PNUD.

Les inondations qui ont commencé en juillet ont détruit 270.000 acres de terres cultivables et perturbé le cycle de plantation au Pendjab, qui regroupe plus de la moitié des terres cultivées du pays, et où l'agriculture fournit des emplois aux deux-tiers de la population.

Le PNUD travaille de concert avec le Département de l'agriculture au Pendjab depuis 2006 pour augmenter les niveaux de production végétale dans la région et avait ainsi réussi à exploiter plus de 120.000 acres de terres incultes.

Une partie des terres détruites avait été réhabilitée au cours des quatre dernières années par la réduction des niveaux élevés de salinité grâce à l'application de minéraux tels que le gypse, et le forage de puits d'irrigation, ce qui a permis d'augmenter les rendements des petits agriculteurs et des agriculteurs de subsistance.

Bien qu'il y ait eu un recul sur certaines de ces avancées, le PNUD a rapidement changé de priorités à la suite des inondations afin de satisfaire les besoins des dizaines de milliers d'habitants de près de 90 villages dans les régions de Jhang et Sargodh.

Parmi les premiers destinataires des distributions de graines et d'engrais, Imam Bibi, une agricultrice de 60 ans qui habite le village hindou de Wan, dont les flots ont détruit la rizière d'une demi-acre et emporté les deux poules et la chèvre.

Elle vit avec son mari dans une petite maison de deux pièces, mais celui-ci est âgé et trop faible pour ramener des revenus au ménage. Mais Bibi à la ferme intention de replanter sa rizière. Elle devrait recevoir prochainement un lot de deux chèvres distribué au titre de l'aide accordée pour l'élevage.

« Cette aide est une bénédiction par ces temps difficiles », a indiqué Bibi. « J'espère obtenir une bonne récolte de blé dans six mois ».