Le PNUD apporte l'eau courante aux communautés isolées du Vanuatu

30 décembre 2010

Confronté à la salinisation de l'eau de source due à l'élévation du niveau de la mer, les communautés de l'île d'Éfaté, dans l'archipel du Vanuatu, bénéficie aujourd'hui d'un projet d'adduction d'eau mené par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds pour l'environnement mondial (FEM).

Confronté à la salinisation de l'eau de source due à l'élévation du niveau de la mer, les communautés de l'île d'Éfaté, dans l'archipel du Vanuatu, bénéficie aujourd'hui d'un projet d'adduction d'eau mené par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds pour l'environnement mondial (FEM).

Jusqu'à peu, les habitants du village d'Ékipe, situé dans le nord de l'île d'Éfaté, n'avaient pas l'eau courante. Seule solution pour en trouver, des sources naturelles situées à plusieurs kilomètres du village et dont la salinité ne cesse d'augmenter en raison de l'élévation du niveau de la mer, créant des problèmes de santé pour les habitants.

« Nous allons au marché à Port-Vila, à 70 km de chez nous, pour vendre nos produits et nous rentrons tard dans la journée. La corvée d'eau était très dure en raison de l'éloignement des sources de notre village », raconte Maria, qui manquait régulièrement d'eau pour répondre réellement à ses besoins et ceux de sa famille, pour la cuisine, l'hygiène personnelle et la lessive.

Grâce au projet mis en œuvre par le PNUD et le Fonds pour l'environnement mondial (FEM), l'eau courante est désormais à portée de main des habitants du village d'Ékipe, où 75 points d'alimentation en eau ont été installés, tous raccordés à une conduite centrale communautaire.

Le projet a été mené avec l'assistance technique de l'Agence internationale néo-zélandaise pour l'aide et le développement qui a dispensé à certains habitants une formation à la plomberie et à l'installation de salles de bains et de toilettes à domicile. Ils ont également appris à gérer les fonds mis à disposition par le PNUD pour le projet, ainsi qu'à générer des revenus via un système de redevance, afin de pouvoir entretenir le système d'adduction.

L'arrivée de l'eau courante à des conséquences qui vont même au-delà des besoins immédiats quotidiens, puisqu'elle permettra aussi aux habitants d'être mieux protéger des violentes tempêtes qui s'abattent fréquemment sur l'île. Les villageois pourront en effet construire des logements plus solides, fait en briques confectionnées au moyen de terre et d'eau.

« L'accès à l'eau propre est un droit fondamental. Les familles d'Ékipe ont à présent l'eau à proximité de leur cuisine et, libérées de la corvée d'eau, disposent aussi de plus de temps pour faire des études, suivre des formations, s'occuper de leurs enfants ou vaquer à d'autres occupations », explique la Coordonnatrice du FEM au Vanuatu, Leah Nimoho.

Avec des initiatives telles que le projet d'adduction d'eau d'Ékipe, le PNUD travaille à la réalisation de l'un des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) définis en 2000 par les dirigeants de la planète pour améliorer le sort de l'humanité. L'OMD numéro 7 prévoit en effet de réduire de moitié, d'ici à 2015, le pourcentage de la population moniale n'ayant pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable et à des installations d'assainissement appropriées.

Malgré les progrès réalisés, les zones rurales restent néanmoins encore défavorisées et en retard par rapport aux zones urbaines. C'est notamment le cas en Océanie et en Afrique subsaharienne où la couverture en eau est respectivement de 37% et de 47% pour les zones rurales, contre 91% et 83% en milieu urbain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iles du Pacifique : il est urgent d'agir contre le changement climatique, plaide Ban Ki-moon

Face à la montée des eaux à laquelle les îles du Pacifique sont confrontées, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé que la lutte contre le changement climatique était sa priorité, à l'occasion de l'ouverture mercredi du Forum des dirigeants des îles du Pacifique.