Les expulsions de Congolais par l'Angola continuent, selon l'ONU

29 décembre 2010

Les expulsions de ressortissants de la République démocratique du Congo (RDC) par l'Angola ont augmenté depuis le 11 décembre, avec l'arrivée en une semaine de 1.355 personnes dans les provinces du Bas-Congo et du Kasaï, a indiqué mercredi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Beaucoup d'entre elles ont subi des traitements dégradants au cours de la procédure d'expulsion, y compris des violences sexuelles.

"Les autorités des deux pays doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que les droits de l'homme et la dignité humaine des personnes expulsées soient respectés", a déclaré la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos.

Avec ces nouvelles vagues d'expulsions, le nombre de personnes expulsées depuis septembre 2010 dépasse maintenant 12.000. En septembre et en octobre, les acteurs humanitaires ont signalé l'arrivée de 8.296 personnes dans les régions de Luiza et de Tshikapa (province du Kasaï Occidental), de 511 personnes dans la région de Tembo (province de Bandundu) et de quelque 2.000 personnes dans la province du Bas-Congo. La plupart sont des ressortissants de la RDC.

Les missions d'évaluation humanitaire effectuées en octobre et en novembre dans les provinces concernées ont constaté qu'un grand nombre de personnes ont subi des mauvais traitements et des violations des droits humains, y compris la torture. En outre, plus de 100 cas confirmés de violence sexuelle ont été signalés.

Les partenaires humanitaires fournissent de la nourriture, des vêtements, des trousses d'hygiène, des médicaments, ainsi que de l'assistance psychologique aux personnes expulsées. Un plan d'intervention a été développé dans le cadre du Plan d'action humanitaire en RDC pour répondre aux besoins des personnes récemment expulsées. Une assistance supplémentaire est requise d'urgence.

"Nous sommes très préoccupés par le rythme accéléré des expulsions au cours des deux dernières semaines. Des milliers de personnes vivent dans des conditions déplorables, et la communauté humanitaire est au maximum de ses capacités", a déclaré Fidèle Sarassoro, Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la RDC.

Les expulsions d'immigrés clandestins entre l'Angola et la RDC sont récurrentes. En octobre 2009, les autorités des deux pays ont convenu de mener des consultations approfondies avant toute expulsion d'immigrés illégaux et d'assurer le respect des droits de l'homme, y compris la protection et la sécurité des personnes expulsées. « Ces consultations doivent avoir lieu afin qu'une protection puisse être fournie aux personnes dans le besoin », a ajouté M. Sarassoro.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : nombreux cas avérés de violence sexuelle parmi les expulsés d'Angola

Environ 7.000 personnes sont arrivées en République démocratique du Congo (RDC) après avoir été expulsées de l'Angola voisin. Nombre de ces personnes ont souffert de violations de leurs droits fondamentaux, notamment des violences sexuelles, pendant les expulsions, a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA).