Côte d'Ivoire : l'ambassadeur de Ouattara reconnu par l'ONU

24 décembre 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué vendredi la décision prise la veille par l'Assemblée générale de l'ONU de reconnaître l'ambassadeur auprès des Nations Unies nommé par le Président élu de Côte d'Ivoire Alassane Ouattara.

"Le Secrétaire général salue la décision de l'Assemblée générale d'accepter les lettres de créance des représentants de Côte d'Ivoire présentées le 22 décembre par Jean-Marie Kacou Gervais, le ministre des affaires étrangères du Président Alassane Ouattara", a dit son porte-parole dans une déclaration.

"Cette importante décision reflète la position unie de la communauté internationale s'agissant de la légitimité du nouveau gouvernement dirigé par le Président Ouattara", a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a exprimé sa gratitude au Président de l'Assemblée générale, Joseph Deiss, au Président de la Commission des lettres de créance, l'Ambassadeur Vanu Gopala Menon de Singapour, et à tous les membres de la Commission des lettres de créance.

La Côte d'Ivoire est confrontée à une grave crise politique depuis le second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre. Alassane Ouattara a été déclaré vainqueur face au Président sortant Laurent Gbagbo, qui refuse de reconnaître sa défaite et de quitter le pouvoir. La victoire d'Alassane Ouattara a été reconnue par la communauté internationale, y compris l'ONU, l'Union africaine et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de l'ONUCI pour six mois

Le Conseil de sécurité a décidé lundi de renouveler le mandat de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) jusqu'au 30 juin 2011 avec un effectif de 8650 membres et de prolonger jusqu'au 31 mars 2011 le déploiement temporaire du renfort de 500 hommes, alors que le pays est confronté à une crise politique après le second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre.