Côte d'Ivoire : l'ONU dénonce les exactions du camp Gbagbo

23 décembre 2010

Les partisans du Président sortant ivoirien Laurent Gbagbo « ont fait un usage excessif de la force, pour réprimer les rassemblements et les manifestations : harcèlement et intimidation, arrestations et détentions arbitraires, torture, disparitions et exécutions extrajudiciaires », a déclaré jeudi la Haut commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Kyung-wha Kang.

Les partisans du Président sortant ivoirien Laurent Gbagbo « ont fait un usage excessif de la force, pour réprimer les rassemblements et les manifestations : harcèlement et intimidation, arrestations et détentions arbitraires, torture, disparitions et exécutions extrajudiciaires », a déclaré jeudi la Haut commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Kyung-wha Kang, lors d'une session spéciale à Genève du Conseil de droits de l'homme consacrée à la situation en Côte d'Ivoire.

Estimant que « ces actes constituent des violations flagrantes du droit international et des droits de l'homme », elle a indiqué que des agents du Haut commissariat aux droits de l'homme (HCDH) étaient déployés à travers le pays pour enregistrer et documenter ces exactions.

« Du 16 au 21 décembre, ils ont recueilli des accusations étayées portant sur 173 meurtres, 90 cas de torture et mauvais traitements, 471 arrestations et incarcérations et 24 cas de disparitions forcées ou involontaires », a-t-elle souligné, avant d'ajouter que la ligne téléphonique de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), ouverte pour signaler des violations des droits de l'homme, recevait en moyenne, 300 appels par jour ».

« Malheureusement, il est impossible d'enquêter sur toutes les allégations », a poursuivi Kyung-wha Kang, qui a dénoncé les restrictions de mouvement imposées au personnel de l'ONU.

La Côte d'Ivoire est confrontée à une grave crise politique depuis l'annonce des résultats du second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre. Alassane Ouattara a été déclaré vainqueur face au Président sortant Gbagbo mais ce dernier refuse de reconnaître sa défaite et de quitter le pouvoir, malgré les appels de la communauté internationale.

Plus tôt jeudi, lors d'une conférence de presse à Abidjan, l'ONUCI a aussi souligné « les actes d'intimidations des partisans de Laurent Gbagbo, en particulier dans l'ouest du pays et à Abidjan ».

La Mission onusienne a rappelé que les deux accès à l'Hôtel du Golf, le quartier général d'Alassane Ouattara, restaient bloqués par des forces de sécurité fidèles à Laurent Gbagbo. L'ONUCI a signalé d'autres incidents : blocage des camions d'approvisionnement, prise en filature des patrouilles par des hommes armés circulant dans des véhicules civils, blocus du village d'Anyama, en périphérie d'Abidjan, « par des forces du camp Gbagbo lourdement armées et appuyées par individus masqués armés de lance-roquettes, alors que des allégations font état de l'existence de charniers » dans cette localité.

Dans ce contexte, la Haut commissaire adjointe aux droits de l'homme a demandé « la levée immédiate des restrictions actuelles imposées par les forces de sécurité et des groupes de jeunes fidèles à Laurent Gbagbo ». Kyung-wha Kang a également rappelé que le droit international interdisait « les détentions sans publicité, les enlèvements, les disparitions forcées, ainsi que les déportations ou transferts de population, ou le déplacement forcé d'individus par d'autres moyens coercitifs ».

Elle s'est par ailleurs dite « très préoccupée par la monopolisation de nombreux moyens de communication, y compris la télévision et la radio d'Etat, par les partisans de Laurent Gbagbo ».

« Il est particulièrement alarmant de voir la Radio et Télévision Ivoirienne utilisée pour inciter la population à la haine et la violence, en diffusant de fausses informations contre l'ONU. Ces incitations ne sont pas admissibles », a-t-elle encore souligné, avant de mettre en garde : « les auteurs et organisateurs de ces abus doivent être tenus pour responsables ».

Le Conseil des droits de l'homme a conclu sa session spéciale sur la Côte d'Ivoire par l'adoption d'une résolution dans laquelle il condamne fermement les violations des droits de l'homme qui ont été commises dans ce pays après le second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre. La résolution cite des enlèvements, des disparitions forcées ou involontaires, des détentions arbitraires, des exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraites, des actes de violence sexuelle, le refus du droit au rassemblement pacfique, des pertes en vies humaines et des actes de destruction de biens.

Le Conseil a appelé toutes les parties concernées à mettre fin immédiatement à toutes les violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire et à respecter les droits de l'homme, les libertés fondamentales et l'état de droit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : l'ONU accuse le camp Gbagbo de tenter d'affamer sa Mission

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a accusé mardi le camp du Président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo, qui refuse de quitter le pouvoir après avoir été battu à l'élection présidentielle, de tenter de provoquer les Casques bleus de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) et de tarir les sources d'approvisionnement de la Mission onusienne.