Le Myanmar, plaque tournante de la production et du trafic d'amphétamine

Le Myanmar, plaque tournante de la production et du trafic d'amphétamine

media:entermedia_image:4ab675fd-0029-425f-9399-aa44728a0d91
La fabrication, le trafic et la consommation de drogues synthétiques au Myanmar prend des proportions alarmantes et menace les pays voisins en raison de la contrebande de méthamphétamine et autres stimulants à base d'amphétamines vers les pays limitrophes et d'autres parties de l'Asie de l'Est et du Sud-Est, a mis en garde mardi l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC ) dans un nouveau rapport rendu public.

Intitulée « Situation au Myanmar sur les stimulants de type amphétamine (STA) », l'étude souligne que les saisies de pilules STA au Myanmar et dans les pays limitrophes à la province du Shan ont triplé en 2009 par rapport à 2008, et la tendance s'est poursuivie cette année.

« En 2009, d'importantes saisies de méthamphétamine de haute pureté cristalline ont été faites au Myanmar », a expliqué Deepika Naruka, le Coordonnateur régional de l'ONUDC chargé du programme Global SMART, qui recueille et analyse les données des pays liées aux saisies de drogue et détermine les grandes tendances en cours en Asie de l'Est et la région du Pacifique.

« Les autorités du Myanmar et de Thaïlande confirment que la fabrication de cristaux de méthamphétamine est actuellement en plein essor dans le Triangle d'Or, région d'Asie déjà productrice d'opium », a-t-elle ajouté, précisant qu'entre janvier et septembre de cette année, plus de 44 millions de pilules avaient été saisies en Thaïlande et plus de 22 millions au Laos.

Ces dernières années, la consommation de STA est devenue un grave problème de santé publique et de sécurité en Asie de l'Est et du Sud, deux régions qui totalisent 23 % des saisies mondiales de STA et 56% des saisies mondiales de méthamphétamine. L'Asie abriterait aussi entre 50 et 80% des consommateurs de STA de la planète, dont une majorité utilise de la méthamphétamine.

Selon le dernier rapport de l'ONUDC, « si la plupart des drogues produites au Myanmar - opiacés et méthamphétamines - sont en principe destinées au marché international, l'utilisation domestique des STA dans le pays est en augmentation ». « La tendance est exacerbée par le manque de ressources pour les centres de traitement », ajoute-t-il.

« Cette évaluation de la situation est la première en son genre. Elle vise à offrir une meilleur vision et une compréhension plus claire de la situation des STA au Myanmar, afin que des réponses efficaces, fondées sur des données précisent, puissent être mises en place », a insisté le Représentant régional de l'ONUDC en Asie de l'Est et le Pacifique, déclaré Gary Lewis.