Géorgie : PNUD et HCR, côte à côte pour intégrer des réfugiés tchétchènes

20 décembre 2010

Un projet lancé par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour faciliter l'intégration de réfugiés tchétchènes dans la Vallée de Pankisi, en Géorgie, tout en bénéficiant aux communautés d'accueil pourrait devenir un modèle pour d'autres opérations d'intégration de déplacés.

Depuis 1999, le HCR vient en aide à quelques 8000 Tchétchènes qui ont fui la guerre dans leur pays et trouvé refuge dans la Vallée du Pankisi, en Géorgie. La plupart de ces réfugiés depuis sont rentrés en Tchétchénie ou ont rejoint l'Europe occidentale, mais environ 800 restent encore dans la région, où ils cohabitent avec les communautés locales géorgiennes.

« Il est maintenant temps de commencer à répondre aux besoins de tous ceux qui vivent dans cette vallée pittoresque, mais pauvre du nord-est de la Géorgie, et pas seulement les réfugiés », a déclaré le Représentant du HCR en Géorgie, Peter Nicolaus, après une visite dans cette région. « C'est là que l'expertise de notre institution sœur, le PNUD, peut vous aider », a-t-il ajouté.

En vertu d'un accord signé par les deux organisations au début du mois, le HCR mettra progressivement fin à l'assistance individuelle, pendant que le PNUD facilitera l'accès aux écoles et aux formations professionnelles aux réfugiés, mais aussi aux habitants de la région.

L'appui du PNUD se concentrera sur le développement local et le renforcement des perspectives d'emploi, en mettant en place des formations structurées dans des secteurs d'activités avec des débouchés, comme la menuiserie, la couture ou l'apiculture.

Le secteur agricole est également porteur d'emplois dans cette région, en particulier l'élevage de bovins et de moutons. Le PNUD offrira donc aux réfugiés et aux habitants des formations de berger, d'employé agricole pour les vaches laitières et de vétérinaire. L'apprentissage de nouvelles techniques et technologies sera aussi offert aux agriculteurs de la Vallée.

« Notre travail à Pankisi est un exemple de la manière dont les organismes de l'ONU se complètent mutuellement pour le bien des populations. Le HCR a donné le coup d'envoi au développement économique de la vallée avec son aide aux réfugiés. Le PNUD intervient maintenant pour étendre ces activités à un programme de développement économique et social de plus grande envergure », s'est félicité le Coordonnateur-résident de l'ONU en Géorgie, Jamie Mc Goldrick, qui a aussi souligné l'importance d'un tel partenariat pour promouvoir une croissance économique durable en impliquant les populations et le secteur privé local.

Ce partenariat HCR-PNUD, avec les communautés locales, pourrait devenir un modèle pour les deux organisations onusiennes, transposable dans d'autres régions ou pays où l'intégration est considérée comme la meilleure solution pour les réfugiés et autres personnes déplacées. Dès l'année prochaine, le HCR et le PNUD espèrent d'ailleurs étendre ce programme aux personnes déplacées vivant dans d'autres parties de la Géorgie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Géorgie : L'aide dans la vallée de Pankisi va se concentrer sur le développement

En 2010, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) va se retirer progressivement du programme d'aide aux réfugiés tchétchènes dans la vallée de Pankisi, dans le nord-est de la Géorgie, alors que ceux-ci vont recevoir la nationalité géorgienne.