Le Conseil de sécurité adopte trois résolutions marquant la normalisation de l'Iraq

15 décembre 2010
Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) avec le Vice Président américain Joe Biden avant la réunion du Conseil de sécurité consacrée à l'Iraq.

Le Conseil de sécurité a adopté mercredi trois résolutions sur l'Iraq portant sur l'adhésion du pays au régime international de non-prolifération et de désarmement, la liquidation du programme "pétrole contre nourriture" et le règlement des dernières questions en suspens avec le Koweït. Selon le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, ces décisions symbolisent la normalisation du statut de l'Iraq dans la communauté des nations.

« Aujourd'hui nous reconnaissons le chemin parcouru par le pays dans les domaines clés pour parvenir à cette journée qui marque la normalisation de son statut dans la communauté des nations », a déclaré mercredi le Secrétaire général de l'ONU devant le Conseil de sécurité réuni pour une séance historique présidée par le Vice Président américain Joseph Biden, dont le pays occupe en décembre la Présidence tournante du Conseil de sécurité.

Au regard des progrès accomplis par l'Iraq dans le soutien au régime international de non–prolifération et dans le respect des traités de désarmement et des autres instruments internationaux pertinents, le Conseil de sécurité a décidé dans une première résolution « de lever les restrictions concernant les armes de destruction massive, les missiles et les activités nucléaires civiles ». Ces restrictions avaient été imposées en 1990 après l'invasion du Koweït par le régime iraquien de Saddam Hussein. Le Conseil a également demandé « instamment » aux autorités du pays « de ratifier dans les meilleurs délais le Protocole additionnel à l'Accord de garanties généralisées et le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires ».

Dans une seconde résolution, les Etats Membres ont décidé de la « cessation des dernières activités » du programme "pétrole contre nourriture" qui permettait à l'Iraq de vendre du pétrole en échange de biens humanitaires malgré les sanctions internationales.

Dans une troisième résolution, le Conseil a décidé de mettre fin d'ici au 30 juin 2011 aux dispositions organisant le Fonds de développement pour l'Iraq, qui avait été créé par en 2003 pour répondre aux besoins humanitaires du peuple iraquien. Il a exhorté les autorités iraquiennes à remplir rapidement les dernières obligations que le pays doit assumer envers le Koweït pour le règlement pacifique des différends régis par le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

Dans une déclaration lue par M. Biden, le Conseil de sécurité a également réaffirmé son plein soutien à la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) dans son rôle d'aide aux populations et dans son action de renforcement des institutions démocratiques et de facilitation du dialogue pour la réconciliation nationale.

« Le nouveau gouvernent sera confronté à de nombreux défis pour garantir une stabilité et des opportunités à tous les Iraquiens. Il devra notamment normaliser les relations entre Arabes et Kurdes sur les zones disputées et garantir la protection des minorités, notamment des Chrétiens. Il devra aussi gérer la production pétrolière et effectuer des progrès pour le retour des réfugiés et des déplacés internes. Le nouveau gouvernement devra également améliorer les relations de l'Iraq avec ses voisins et la région », a souligné le Secrétaire général de l'ONU.

« Mon message au peuple d'Iraq est le suivant : vous avez trop souffert trop longtemps. Je rends hommage à votre résilience. Il y a aura encore des obstacles dans le futur. Mais vous êtes détenteurs de la sagesse et avez la capacité de les surmonter », a conclu Ban Ki-moon en soulignant que les Nations Unies continueraient d'être à leur côtés en tant que partenaire impartial.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.