Afghanistan : plus de 200.000 maisons construites pour les rapatriés grâce au HCR

14 décembre 2010
Un village afghan dans le nord du pays.

Le programme de logements du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Afghanistan a franchi le cap des 200.000 maisons, a annoncé mardi un porte-parole de l'agence onusienne, Adrian Edwards.

Le programme de logements du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Afghanistan a franchi le cap des 200.000 maisons, a annoncé mardi un porte-parole de l'agence onusienne, Adrian Edwards.

« En Afghanistan, notre travail dans l'aide à la réintégration des rapatriés et des déplacés internes a franchi un cap cette semaine avec l'achèvement de la 200.000e maison au bénéfice d'une famille rapatriée », a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

« Le programme du HCR pour la construction de logements en Afghanistan a commencé en 2002 et constitue un facteur important pour le retour de quelque 4,5 millions de réfugiés durant ces huit dernières années. Il a coûté 250 millions de dollars et il a bénéficié à environ 1,4 million de personnes – soit environ un quart de la population rapatriée », a-t-il souligné.

Malgré l'insécurité, les Afghans ont continué à rentrer chaque année depuis l'Iran et le Pakistan voisins. La plus importante vague de retours est survenue entre 2002 et 2005, mais l'année 2010 a connu un niveau de retour excédant 112.000 personnes, souligne le HCR.

« La perspective d'une maison sûre est régulièrement citée par les réfugiés afghans en Iran et au Pakistan comme l'une des exigences principales avant de prendre la décision de rentrer. Pour cette seule année, le HCR a aidé plus de 17.000 familles rapatriées vulnérables avec la construction de logements. La plupart des travaux effectifs pour la construction sont menés par les bénéficiaires eux-mêmes », a souligné Adrian Edwards.

Le retour de millions d'Afghans a accru la population afghane de 20%. Les rapatriés contribuent de façon « importante » à de nombreux secteurs de l'économie, en apportant des compétences, un savoir-faire et une épargne accumulée durant l'exil. « Toutefois, cet important mouvement de population a également représenté des défis pour la capacité d'absorption socio-économique du pays, en particulier dans les communautés rurales démunies ayant des ressources limitées », estime le porte-parole du HCR.

Le programme pour la construction de logements s'est concentré sur les zones rurales vers lesquelles un nombre significatif de familles sont rentrées à la fois depuis l'Iran ou le Pakistan. Ceci se reflète dans la quantité de maisons construites à travers le pays – dans la région centrale (55.614), dans l'est du pays (47.571), dans le nord et le nord-est (42.243), dans le sud (12.496), dans le sud-est (17.571), dans l'ouest (28.717) et dans la région montagneuse du centre du pays (2 .957).

Le HCR estime que l'amélioration de la situation sécuritaire et le développement social et économique qui se poursuit seront essentiels pour les retours et les perspectives de réintégration dans le futur. Les conditions humanitaires restent toujours fragiles.

« A ce titre, du fait de la persistance du nombre élevé de familles démunies et sans abri au sein de la population rapatriée, le programme du HCR pour la construction de logements se poursuivra en 2011 à un niveau similaire aux années précédentes pour appuyer une réintégration durable pour les réfugiés afghans rapatriés », a conclu Adrian Edwards.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.