L'ONU rend hommage au diplomate américain Richard Holbrooke

14 décembre 2010

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a écrit une lettre à la famille du diplomate américain Richard Holbrooke, qui est décédé lundi soir, pour exprimer sa tristesse et exprimer sa sympathie, a indiqué mardi son porte-parole.

Selon Ban Ki-moon, M. Holbrooke, qui était l'émissaire du Président américain Barack Obama pour l'Afghanistan et le Pakistan, était un “géant et une légende de son temps”.

« J’ai travaillé souvent avec lui quand j’étais ministre des affaires étrangères, et auparavant comme jeune diplomate, et aussi en tant que Secrétaire général de l’ONU. Son énergie était immense. Son désir de faire le bien à travers le monde était intense », écrit le Secrétaire général dans cette lettre, selon des extraits rendus publics. « Beaucoup d’entre nous aux Nations Unies avons une dette envers lui, et aujourd’hui nous sommes en deuil », ajoute-t-il.

Les membres du Conseil de sécurité ont également exprimé mardi leur profonde tristesse au sujet du décès de M. Holbrooke et présenté leurs condoléances à sa famille.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité ont également exprimé leur "admiration" pour sa contribution quand il était Représentant permanent des Etats-Unis auprès des Nations Unies "ainsi que son engagement énergique et acharné à promouvoir la paix et à renforcer la coopération internationale aux Nations Unies."

« L'ambassadeur Holbrooke a été un ami de l'ONU ici, en Afghanistan, et un diplomate de premier ordre. Ses efforts resteront toujours en mémoire », a déclaré de son côté la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

« Le Représentant spécial de l'ONU en Afghanistan, Staffan de Mistura, a appris avec une profonde tristesse la mort soudaine et prématurée de Richard Holbrooke. Il avait eu le privilège de travailler en étroite collaboration avec l'ambassadeur Holbrooke et de le voir démontrer ses talents uniques de diplomate et de chef en s'attaquant aux défis les plus difficiles tout au long de sa carrière », poursuit le communiqué.

« L'énergie et la vision que l'ambassadeur Holbrooke a en particulier apporté sur le rôle des représentants spéciaux de l'ONU pour l'Afghanistan et le Pakistan ont permis de maintenir une approche internationale cohérente, à travers ce mécanisme », ajoute encore la mission onusienne.

« Au nom de la MANUA, le Représentant spécial du Secrétaire général adresse ses sincères condoléances et nos prières à la famille de l'Ambassadeur Holbrooke et à ses amis en ce jour sombre. Nous le regretterons tous », conclut-elle.

Selon la presse, Richard Holbrooke, 69 ans, est mort lundi soir, trois jours après avoir été victime d'une crise cardiaque. Il représentait depuis janvier 2009, le Président Barack Obama sur les dossiers de l'Afghanistan et du Pakistan.

Richard Holbrooke avait entamé sa carrière de diplomate à la fin des années 1960. Il fut l'un des principaux architectes des négociations de paix en Bosnie-Herzégovine qui ont mené aux accords de Dayton, signés en 1995 par Slobodan Milosevic, Président de la République fédérale de Yougoslavie, Franjo Tuđman, Président de la République de Croatie, et Alija Izetbegović, Président de la République de Bosnie-Herzégovine.

Après trois semaines de discussions, les accords de Dayton ont créé deux entités fédérées au sein de la Bosnie-Herzégovine : la Fédération croato-musulmane et la République serbe de Bosnie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

TPIY : Aucun accord ne protège Karadzic de poursuite judiciaire

L'éventuel accord passé par Radovan Karadzic et le négociateur américain en Bosnie Richard Holbrooke, aux termes duquel il échapperait aux poursuites du Tribunal pénal international s'il se retirait de la vie publique, n'exempte pas l'ancien responsable serbe de toute poursuite, ont estimé ce mercredi les juges du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).