Chine : des experts inquiets de la répression contre les défenseurs des droits de l'homme

13 décembre 2010

Trois experts indépendant de l'ONU ont exprimé lundi leurs vives préoccupations devant la vague de répression qui s'est abattue en Chine sur les défenseurs des droits de l'homme, depuis l'annonce début octobre de la remise du prix Nobel de la paix 2010 au dissident chinois, Liu Xiaobo.

« Depuis le 8 octobre, nous avons reçu des rapports faisant état de plus de 20 arrestations ou détentions de défenseurs des droits de l'homme », soulignent dans un communiqué commun les Rapporteurs spéciaux de l'ONU sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, Margaret Sekaggya, sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, Frank La Rue, et sur la détention arbitraire, El Malick Sow Hadji.

Les trois experts signalent aussi des rapports sur « plus de 120 autres cas de détention à domicile -dont la femme de Liu Xiaobo-, de restrictions aux voyages, de réinstallations forcées, d'intimidations et de blocages des moyens de communication, comme le retrait d'Internet de tout contenu faisant référence au prix Nobel de la paix ».

Après avoir regretté que Liu Xiaobo n'ait pu assister en personne à la cérémonie de remise du prix Nobel, celui-ci purgeant une peine de prison de onze ans pour avoir appelé pacifiquement à plus de respect des droits de l'homme en Chine, les experts estiment que « cette tendance récente et alarmante à restreindre de plus en plus l'espace d'exercice du droit à la liberté d'expression et la capacité des défenseurs chinois des droits de l'homme à s'acquitter de leurs activités pacifique et légitimes, remet en cause les engagements de la Chine à promouvoir et protéger tous les droits de l'homme. »

« Nous appelons le gouvernement de la République populaire de Chine à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à ces restrictions et nous réitérons notre appel à libérer toutes les personnes détenues pour avoir exercé pacifiquement leurs droits fondamentaux, y compris Liu Xiaobo », ajoutent-ils dans leur déclaration commune, avant d'exhorter la Chine à ratifier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) a été adopté par l'Assemblée générale de l'ONU en 1966, il est entré en vigueur en 1976 et a été signé, jusqu'à présent, par 149 États. Le Pacte institue le Comité des droits de l'homme, qui rassemble dix-huit experts indépendants chargés d'étudier les rapports des États parties et de formuler des recommandations sur la mise en œuvre du Pacte.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Navi Pillay plaide pour la libération du Prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo

A la veille de la célébration de la Journée internationale des droits de l'homme, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a plaidé en faveur de la libération par les autorités chinoises du Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo.