Un groupe de 55 experts appelle à mieux protéger les défenseurs des droits humains

Un groupe de 55 experts appelle à mieux protéger les défenseurs des droits humains

media:entermedia_image:02843291-5abf-42cf-8a34-3b650835c391
Un groupe de 55 experts indépendants des Nations Unies sur les droits de l'homme a appelé jeudi les Etats du monde entier à protéger les défenseurs des droits humains et à répondre aux attaques commises par des acteurs non-étatiques à leur encontre.

Ces attaques ont entraîné la mort de leaders communautaires, d'avocats, de journalistes, de militantes de la cause des femmes, de militants des droits sociaux et de beaucoup d'autres qui s'efforcent d'éliminer les discriminations et l'injustice, souligne le groupe d'experts dans un communiqué.

« Ils ne portent pas d'armes, ils n'utilisent pas la violence, les défenseurs utilisent uniquement leur voix et leur persistance à contester l'injustice de manière pacifique", a déclaré Najat Maalla M'jid, Présidente du comité représentant les experts de l'ONU. « Toutefois, trop souvent les défenseurs des droits ont eux-mêmes besoin de protection contre les violations des droits de l'homme », a-t-elle ajouté.

« Dans les circonstances où il est plus sûr de garder le silence, ces hommes, femmes et enfants courageux ont toujours parlé; nous devons nous assurer qu'ils le feront toujours. Leur voix ne doit pas être réduite au silence », a dit Mme Maalla M'jid.

Dans leur déclaration conjointe publiée à l'occasion de la Journée des droits de l'homme qui sera célébrée vendredi, les experts indépendants du Conseil des droits de l'homme louent toutes les personnes et organisations qui révèlent l'injustice, les discriminations et les violations des droits humains qui, autrement, resteraient cachés: « Nous ne pourrions pas fonctionner sans eux ».

« Les informations que nous recevons d'eux nous permettent de braquer les projecteurs internationaux sur les violations, de soutenir et d'encourager leurs efforts et leurs causes », a souligné le groupe d'experts de l'ONU.

« Toutefois », a averti la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'homme, Margaret Sekaggya, ces défenseurs « sont souvent stigmatisés et appelés ennemis de l'État ou terroristes dans une tentative de délégitimer leurs travaux et activités. Les attaques contre leur travail et leur réputation constituent une tendance très dangereuse, qui peut aggraver l'environnement déjà fragile dans lequel ils opèrent ».

Le groupe d'experts a exhorté les États à répondre aux préoccupations soulevées par les défenseurs des droits de l'homme et à remplir leur obligation de les protéger. Il leur a également demandé de respecter les droits et les libertés des défenseurs, y compris le droit à la liberté d'opinion et d'expression et le droit de réunion pacifique et d'association. Selon eux, chaque État devrait s'assurer que ses politiques, institutions et actions, y compris celles de sa police et des forces de sécurité, soient conformes aux normes internationales relatives aux droits de l'homme.