Kenya : la CPI fait état de menaces contre des témoins

Kenya : la CPI fait état de menaces contre des témoins

Des centaines de Kenyans ont été déplacés lors des violences post-électorales en 2007-2008.
Le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a fait état vendredi de menaces exercées sur des témoins présumés de la Cour dans le cadre de l'enquête sur les affrontements postélectoraux de 2007 et 2008. Ces menaces « ne stopperont pas la présentation des affaires », a indiqué vendredi la CPI par communiqué de presse.

« Cela survient après que le Procureur a annoncé hier qu'il présenterait d'ici deux semaines deux affaires contre six individus pour les crimes commis durant les violences électorales. Le Procureur est en train d'identifier ceux qui organisent de telles menaces et nous demanderont éventuellement des mandats d'arrêts contre des individus qui persistent dans l'exercice de menaces », a souligné la CPI.

Le Procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, s'est rendu au Kenya au mois de mai dernier pour enquêter sur les affrontements postélectoraux de 2007 et 2008. Selon lui, les crimes auraient été commandités par les dirigeants du Parti de l'unité nationale (PNU), parti au pouvoir à cette époque, et par le Mouvement orange de la démocratie (ODM), principal parti d'opposition.

Les hommes politiques incriminés auraient mis en œuvre cette stratégie avec la complicité de responsables de l'Etat et d'entreprises publiques et privées. Des parlementaires, des responsables gouvernementaux, des agents des forces de police et des gangs de jeunes, seraient impliqués dans les violences, avait estimé Luis Moreno-Ocampo.