En Asie centrale, Ban Ki-moon discute sécurité et souligne le rôle vital des femmes

En Asie centrale, Ban Ki-moon discute sécurité et souligne le rôle vital des femmes

Le Palais de l'indépendance à Astana, où se déroule le sommet de l'OSCE.
A l'occasion d'une visite au Kazakhstan, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a discuté mardi des questions de sécurité en Asie centrale avec des dirigeants régionaux. Il a également souligné la nécessité cruciale de mettre fin à la violence et la discrimination envers les femmes et d'aider celles-ci à devenir autonomes.

« Votre voix est importante, vous avez été témoins des souffrances causées par la violence, le terrorisme, la traite des êtres humains, le crime organisé. Quand nous discutons de la façon d'éviter les conflits. Quand nous travaillons à les résoudre, quand nous construisons la paix, vous devriez être là. Pas comme observateurs, mais comme décideurs. Pas comme victimes mais comme agents de changement », a souligné Ban Ki-moon, lors d'une rencontre avec les membres de l'initiative régionale « Femmes pour la paix et la sécurité en Asie centrale, région de la vallée du Ferghana ».

Organisée en marge de la visite du chef de l'ONU à Astana, au Kazakhstan, où il participe au sommet de l'Organisation de la sécurité et de la coopération en Europe (OSCE), cette rencontre visait à offrir à ce groupe de femmes activistes de la paix venues du Kirghizistan, du Tadjikistan et d'Ouzbékistan, l'occasion d'exprimer leurs préoccupations sur les menaces à la sécurité et la stabilité qui pèsent en Asie centrale, d'explorer des mesures pour atténuer ces menaces et de faire des propositions constructives aux responsables de l'ONU, en premier lieu le Secrétaire général.

« Comme vous, je suis préoccupé par la possibilité de voir l'extrémisme, le trafic d'êtres humains et la violence contre les femmes s'accroître en Asie Centrale. Vous avez absolument raison de rappeler que nous avons besoin de développer la sensibilisation, de trouver des financements pour cela et de lutter contre l'impunité. C'est un message que je transmettrai », a poursuivi Ban Ki-moon.

L'importance de l'Asie centrale dans la stabilité régionale et mondiale est devenue de plus en plus apparente au cours des dernières années. La vallée de Ferghana en particulier, partagée par le Kirghizistan, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan, a déjà souffert d'une forte instabilité ces des deux dernières décennies, avec la guerre civile au Tadjikistan de 1992 à 1997, qui a fait près de 100.000 morts, et les affrontements interethniques en juin dernier au Kirghizistan, qui ont entraîné une crise humanitaire qui a touché plus d'un million de personnes dans le sud du pays.

Dans ce contexte, le Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU, le Département des affaires politiques, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l'UNIFEM ont organisés en juin, au Kirghizistan et au Tadjikistan, des consultations nationales et interrégionales sur les femmes, la paix et la sécurité. Elles ont débouchées sur l'initiative régionale « Femmes pour la paix et la sécurité en Asie centrale », qui consiste en une série de recommandations destinée à améliorer la participation des femmes à la résolution des tensions et des crises dans la région.

Ban Ki-moon a également eu plusieurs entretiens avec des responsables politiques régionaux, à Astana.

Le Secrétaire général de l'ONU a rencontré le Président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev, qu'il a félicité pour les efforts de son pays dans la promotion du dialogue interreligieux et son engagement dans le désarmement nucléaire et la non-prolifération. Les deux hommes ont également discuté de la coopération entre l'ONU et l'OSCE, dont le Kazakhstan assure actuellement la présidence tournante, et ont en particulier réaffirmé l'importance des mécanismes régionaux de renforcement de la paix et de la sécurité, notamment le rôle du « Centre régional de l'ONU pour la diplomatie préventive » qui fournit une plate-forme pour le dialogue et la recherche de solutions communes aux défis qui se présentent en Asie centrale.

Ban Ki-moon s'est également entretenu avec le ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan, Kanat Saudabayev, avec lequel il a évoqué des sujets régionaux, dont les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, le Kirghizistan, la Moldavie, l'Afghanistan, le Pakistan et la lutte contre le terrorisme.

Le chef de l'ONU a aussi rencontré le Secrétaire général de l'OSCE, Marc Perrin de Brichambaut. Ensemble, ils ont notamment évoqué la question du renforcement de la coopération entre les deux organisations.

Enfin, à Astana, Ban Ki-moon s'est entretenu avec la Présidente du Kirghizistan, Roza Otunbaeva, qu'il a félicitée pour le déroulement pacifique des élections législatives en octobre et pour « les progrès importants réalisés dans le renforcement des institutions démocratiques du pays ».

Les entretiens ont également porté sur la situation sécuritaire au Kirghizstan, notamment sur l'importance de protéger les droits des réfugiés et de renforcer l'état de droit pour assurer la stabilité du pays à long terme. Le Secrétaire général a rappelé que l'ONU restait aux côtés du pays dans ses efforts de reconstruction et de réconciliation, après les affrontements interethniques de juin.