Le HCR appelle la Suisse à garantir le principe de non-refoulement

30 novembre 2010

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé mardi les partis politiques suisses à garantir que le principe de non-refoulement ne soit pas menacé par le débat actuel sur les expulsions des étrangers criminels.

« Le principe du non-refoulement est une pierre angulaire du droit international. Il existe afin de garantir qu'aucun refugié ou demandeur d'asile ne retourne de force dans une situation de préjudice grave comme la persécution, la torture ou les traitements inhumains et dégradants », a prévenu mardi le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève en Suisse.

« Tous les cas individuels doivent être correctement entendus et tous les recours légaux utilisés pour empêcher le retour d'une personne dans une situation de danger. Des automatismes dans cette procédure iraient à l'encontre des principes fondamentaux de l'Etat de droit », a-t-il ajouté.

Selon la presse, les Suisses ont approuvé dimanche l'expulsion des criminels étrangers.

« La Suisse a ratifié la Convention relative au statut des réfugiés de 1951 et le HCR espère que le peuple suisse approuve le respect de ces traités », a conclu Adrian Edwards.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR réitère son appel à protéger les réfugiés somaliens au Kenya

« Le HCR reste très préoccupée par le sort de plus de 8.000 Somaliens à qui l'ordre a été donné de quitter les abords du camp « Border point 1 », situé à Mandera dans le nord-est du Kenya », a indiqué vendredi un porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.