Côte d'Ivoire : scrutin démocratique malgré quelques violences

29 novembre 2010

Malgré des incidents parfois violents et des perturbations isolées, la campagne s'est globalement déroulée dans un climat démocratique, a estimé lundi le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, YJ. Choi, au lendemain du second tour de l'élection présidentielle.

Malgré des incidents parfois violents et des perturbations isolées, la campagne s'est globalement déroulée dans un climat démocratique, a estimé lundi le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, YJ. Choi, au lendemain du second tour de l'élection présidentielle.

« Malgré des incidents parfois violents et des perturbations isolées, la campagne s'est globalement déroulée dans un climat démocratique. Surtout le face à face télévisé entre les deux candidats le jeudi soir a été unanimement salué comme exemplaire et même exceptionnel », a déclaré YJ. Choi.

« Mais le samedi après-midi à été marqué par une manifestation de la jeunesse de l'opposition à Abobo contre l'instauration du couvre-feu. Elle a dégénéré en une confrontation avec les forces de l'ordre, entrainant l'incendie d'un véhicule de police et trois morts parmi les manifestants », a-t-il ajouté.

« J'invite tout le monde à faire confiance à la Commission Electorale Indépendante (CEI) pour qu'elle puisse commencer à annoncer sans délai les résultats provisoires du scrutin d'hier. De toute évidence, nous sommes entrés dans une phase cruciale que nous allons traverser avec sérénité, confiance, fermeté et espérance », a insisté le Représentant spécial en soulignant qu'il ne doutait pas que la volonté du peuple Ivoirien sera respectée et qu'aucun candidat n'aura recours aux moyens non démocratiques pour exprimer ses positions quant au résultat du scrutin.

« Je voudrais assurer le peuple Ivoirien qu'il a un partenaire fiable en la communauté internationale. L'ONUCI, symbole de l'engagement de cette communauté en Côte d'Ivoire, continuera d'appuyer ses efforts en vue de la sortie de crise », a-t-il conclu.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon s'est félicité lundi de la tenue du deuxième tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire « en dépit de quelques incidents violents dans diverses parties du pays », a indiqué son porte-parole par communiqué de presse. Il note « qu'en exerçant leur droit de vote pour la seconde fois en un mois, les Ivoiriens ont démontré leur désir de paix durable et de stabilité pour le pays », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a appelé toutes les parties ivoiriennes et les candidats « à s'abstenir d'annoncer des résultats avant la Commission électorale indépendante » et « à respecter la loi en matière de règlement des différends électoraux ainsi qu'à « assumer leur rôle pour maintenir un environnement serein et à accepter les résultats proclamés et certifiés dans un esprit de paix et de réconciliation ».

Le Chef de l'ONU a souligné que toute entrave au processus électoral ne serait pas dans l'intérêt du peuple ivoirien « qui attend depuis plusieurs années un règlement de la crise dont ces élections sont une étape importante ».

« Le Représentant spécial du Secrétaire général poursuivra ses efforts pour préserver le processus électoral, en conformité avec son mandat de certification, afin que la volonté du peuple ivoirien soit respectée. Les Nations Unies fourniront leur plein soutien à la conclusion des opérations électorales et au processus de paix ivoirien dans son ensemble », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : malgré des tensions, l'ONU se dit confiante sur le scrutin

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a déploré les incidents survenus samedi à Abobo un quartier situé au nord d'Abidjan à la veille du second tour de l'élection présidentielle qui oppose Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo.