Le HCR salue l'accord entre la Serbie et la Croatie sur les réfugiés

26 novembre 2010

Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) a salué vendredi l'annonce des Présidents de la Croatie et de la Serbie sur un accord pour la résolution des problèmes communs des deux pays en matière de réfugiés et de retour.

« La résolution de ces problèmes constituerait une étape importante pour mettre un terme à l'une des plus anciennes situations de réfugiés en Europe, une situation héritée des guerres survenues dans les années 90 dans cette région », a estimé vendredi le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

« Depuis cette période, la Serbie accueille l'une des plus importantes populations de réfugiés et de personnes déplacées internes en Europe », a-t-il ajouté.

Sur les 65.000 réfugiés croates qui se trouvent encore à ce jour en Serbie, environ 5.500 d'entre eux, sont hébergés en centres collectifs dans des conditions précaires.

« Dans le cas de la Croatie, un nombre important de retours a eu lieu ces dernières années, bien que certains rapatriés aient été confrontés à des difficultés pour obtenir un logement et bénéficier de programmes facilitant une réintégration socio-économique. Le HCR travaille avec le gouvernement et la communauté internationale pour résoudre des problèmes d'ordre juridique, social et technique concernant le retour et la réintégration », a indiqué le porte-parole du HCR.

Le HCR « espère que les mesures seront prises rapidement pour traduire l'accord en action concrète permettant de résoudre cette situation prolongée ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Serbie se dit une nouvelle fois prête à un dialogue sur le Kosovo

La Serbie est prête à s'engager de bonne foi dans un dialogue sur le Kosovo, mais le processus exige une confiance mutuelle et doit être encadré par des règles, a indiqué samedi devant la 65ème Assemblée générale de l'ONU, le Président serbe, Boris Tadic.