Lutter contre le changement climatique et la pauvreté, priorités de l'ONU

Lutter contre le changement climatique et la pauvreté, priorités de l'ONU

Le Secrétaire général Ban Ki-moon.
Pour le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les trois grandes priorités de la communauté internationale doivent être le changement climatique, la lutte contre la pauvreté et les interventions humanitaires lors de crises et de catastrophes.

Pour le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, les trois grandes priorités de la communauté internationale doivent être le changement climatique, la lutte contre la pauvreté et les interventions humanitaires lors de crises et de catastrophes.

S'exprimant lundi devant les étudiants de l'Ecole de diplomatie et de relations internationales de l'Université de Seton Hall du New Jersey, aux Etats-Unis, Ban Ki-moon, a souligné lundi que l'action de l'ONU et de ses Etats membres devait se concentrer sur l'établissement d'un « monde plus vert et durable pour tous », « d'un monde plus prospère pour tous » et « d'un monde plus sûr ».

« Le changement climatique n'est pas de la science fiction ; c'est de la science des faits. Nous en voyons chaque jour les effets autour de nous », a déclaré le chef de l'ONU devant les étudiants. « Pour la première fois, tous les pays développés et en développement se sont mis d'accord sur l'objectif de limiter l'augmentation de la température globale de deux degrés Celsius », a-t-il ajouté.

Sur la lutte contre la pauvreté, le Secrétaire général de l'ONU a rappelé que de « réels progrès ont été faits ». « Nous contrôlons des maladies mieux qu'auparavant comme le paludisme, la polio et le Sida », a-t-il ajouté.

Sur la troisième priorité, Ban Ki-moon a souligné que les Nations Unies « étaient les premiers à répondre lorsque les catastrophes frappaient ». « Nous sommes sur le terrain avec des médicaments, des abris, l'assainissement, la nourriture, l'eau et la protection », a-t-il précisé.

« Au milieu d'autant d'incertitudes, notre futur dépend de comment nous travaillons ensemble. Notre futur dépend de ce que les Nations Unies peuvent apporter. Pas seulement une Organisation qui amènent les pays du monde à parler ensemble et à débattre mais à se mettre d'accord et à agir », a-t-il conclu devant les étudiants de l'Ecole de diplomatie et de relations internationales de l'Université de Seton Hall du New Jersey.