UNESCO : une Pakistanaise lauréate d'un prix sur les droits de l'homme

UNESCO : une Pakistanaise lauréate d'un prix sur les droits de l'homme

Asma Jahangir.
La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a désigné la Pakistanaise Asma Jahangir lauréate de l'édition 2010 du Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d'une culture des droits de l'homme.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a désigné la Pakistanaise Asma Jahangir lauréate de l'édition 2010 du Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d'une culture des droits de l'homme.

Asma Jahangir a été choisie par le jury international du Prix pour son exceptionnelle et courageuse contribution à l'édification d'une culture universelle des droits de l'homme. La Directrice générale de l'UNESCO remettra le Prix – doté d'un montant de 25.000 dollars, d'un diplôme et d'un trophée en bronze réalisé par Toshimi Ishii – lors d'une cérémonie qui se tiendra le 10 décembre 2010, Journée des droits de l'homme, à Bilbao (Espagne) en présence d'Iñaki Azkuna, maire de la ville.

En décernant le Prix UNESCO/Bilbao à Asma Jahangir, l'UNESCO entend reconnaître sa contribution à la défense des droits de l'homme, et en particulier son rôle, en tant que juriste et avocate auprès de la Cour suprême du Pakistan, en faveur des droits des minorités religieuses, des femmes et des enfants.

Dans son pays, Asma Jahangir est présidente de l'Association du Barreau de la Cour suprême ; elle a fondé la Commission pakistanaise des droits de l'homme dont elle a été secrétaire générale et présidente. Elle a aussi fondé le Women's Action Forum. Le travail d'Asma Jahangir a également une dimension internationale à travers son rôle de Rapporteur spécial des Nations Unies pour la liberté de religion et de conviction, ainsi que de Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires sommaires ou arbitraires.

En annonçant l'octroi du Prix à Asma Jahangir un 16 novembre (Journée internationale de la Tolérance), l'UNESCO entend rendre hommage à son engagement et à son importante contribution en faveur du dialogue interreligieux et interculturel, de la tolérance, de la compréhension et de la coopération pour la paix. Asma Jahangir défend avec vigueur le rôle que l'éducation peut jouer pour éliminer les causes profondes de l'intolérance et de la discrimination.

La Directrice générale de l'UNESCO a également décidé de décerner trois Mentions honorables à quatre organisations non gouvernementales, reconnaissant ainsi l'importance de la contribution de la société civile à l'édification d'une culture universelle des droits de l'homme. Il s'agit de la Corporación Parque por la Paz Villa Grimaldi (Chili), de la Fundación Cultura de Paz (Espagne), ainsi que de France terre d'asile (France) et de la Fédération internationale Musique espérance, qui se partagent la dernière Mention.

Le Prix UNESCO/Bilbao pour la promotion d'une culture des droits de l'homme est remis tous les deux ans. Il a été instauré en 2008, grâce au généreux appui de la municipalité de Bilbao, et remplace en l'élargissant le Prix UNESCO de l'éducation aux droits de l'homme (1978-2006). Le Prix UNESCO/Bilbao vise à récompenser des organisations ou des particuliers ayant apporté une contribution significative à la cause des droits de l'homme par le biais de l'éducation et de la recherche. Il vise à accroître la sensibilisation aux droits de l'homme, en particulier chez les décideurs et le grand public.

Il y a deux ans, à Paris, le défenseur français des droits de l'homme Stéphane Hessel a été le premier lauréat de ce Prix. Parmi les lauréats du Prix UNESCO de l'éducation aux droits de l'homme, on compte le Centre pour les droits de l'homme de l'Université de Pretoria (Afrique du Sud), le Thaïlandais Vitit Muntarbhorn, l'Academia Mexicana de Derechos Humanos (Mexique), la ville de Nuremberg (Allemagne), l'Institut arabe des droits de l'homme (Tunisie) et l'ancien Président tchèque Vaclav Havel.