La Corée du Nord bientôt confrontée à un grave déficit alimentaire, selon l'ONU

La Corée du Nord bientôt confrontée à un grave déficit alimentaire, selon l'ONU

Une fillette en Corée du Nord.
Près de cinq millions d'habitants de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) vont souffrir de pénuries alimentaires en 2010-2011, en dépit de récoltes satisfaisantes et d'un léger accroissement des disponibilités vivrières, selon un rapport publié mardi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Près de cinq millions d'habitants de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) vont souffrir de pénuries alimentaires en 2010-2011, en dépit de récoltes satisfaisantes et d'un léger accroissement des disponibilités vivrières, selon un rapport publié mardi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

D'après une mission d'évaluation qui s'est rendue en RPDC en septembre, le pays aura besoin de 867.000 tonnes de céréales en 2010-2011. Les autorités n'envisageant d'importer que 325.000 tonnes, laissant un déficit de 542.000 tonnes, la mission recommande de fournir quelque 305.000 tonnes d'aide alimentaire internationale pour les populations les plus vulnérables.

La mission conjointe FAO-PAM a visité sept des dix provinces de RPDC, qui assurent environ 90% de la production céréalière du pays. Dans les entrepôts visités, aucun stock de céréales n'était disponible, à l'exception de maïs de mauvaise qualité provenant de la récolte estivale destiné à être distribuer en octobre.

Cette année pourtant, les experts prévoyaient un accroissement substantiel de la production céréalière suite à l'amélioration des disponibilités d'intrants agricoles (engrais, pesticides, tracteurs, gazole, électricité). Ces prévisions ont toutefois été contrariées par une série de phénomènes météorologiques extrêmes, notamment de violents orages qui ont provoqué de graves inondations et d'importantes pertes de récoltes et qui ont limité l'augmentation de la production de seulement 3% pour 2010-2011.

« L'économie de la RPDC croît à un rythme inférieur à 1% par an et déplore d'importants déficits vivriers depuis de nombreuses années », a indiqué un économiste de la FAO et coresponsable de la mission d'évaluation, Kisan Gunjal. « En outre, les performances du secteur agricole, forestier et halieutique ont été irrégulières, affichant des taux de croissance annuelle négatifs au cours des dernières années », a-t-il ajouté.

Selon lui, « les rations de céréales fournies par le gouvernement par le biais de son “Système de distribution publique“ devraient satisfaire environ la moitié des besoins caloriques journaliers de la population en 2010-2011 ».

« Il suffirait d'un choc même léger dans le futur pour déclencher une crise de grande envergure, difficile à maîtriser ensuite, si ces déficits chroniques ne sont pas réglés », a averti de son côté, le Chef de l'unité d'analyse de la sécurité alimentaire du PAM et membre de la mission, Joyce Luma.

Les populations les plus vulnérables et les plus exposées aux pénuries alimentaires sont les enfants, les femmes enceintes et les mères allaitantes, les personnes âgées et les communautés des régions victimes d'importants problèmes de malnutrition.

Ces dernières années, la production céréalière de la RPDC a stagné aux alentours de 4,5 millions de tonnes par an, contre les 5,35 millions de tonnes nécessaires. La mission a donc formulé un certain nombre de recommandations telles que le maintien des programmes d'aide alimentaire, l'amélioration des installations de stockage et des méthodes de séchage des céréales, l'accroissement de la production de légumineuses riches en protéines et l'élaboration d'une politique nationale d'aide aux cultures familiales.