L'UNESCO se dissocie de la Journée mondiale de la philosophie en Iran

9 novembre 2010

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a décidé de dissocier l'Organisation des événements prévus du 21 au 23 novembre en République islamique d'Iran à l'occasion de la Journée mondiale de la philosophie.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a décidé de dissocier l'Organisation des événements prévus du 21 au 23 novembre en République islamique d'Iran à l'occasion de la Journée mondiale de la philosophie.

« Le Secrétariat n'ayant pas été pleinement consulté sur tous les aspects liés à cette manifestation internationale, la Directrice générale considère que les conditions nécessaires pour garantir le bon déroulement d'une conférence internationale des Nations unies ne sont pas réunies », souligne l'UNESCO dans un communiqué.

Tous les ans depuis 2002, la Journée de la philosophie est célébrée par l'UNESCO le troisième jeudi de novembre à la fois au siège de l'UNESCO à Paris et dans d'autres villes du monde.

La Conférence générale de l'UNESCO a institué la Journée mondiale de la philosophie en 2005. L'objectif de l'UNESCO est de promouvoir une culture internationale du débat philosophique qui respecte la dignité humaine et la diversité. Cette journée encourage les échanges universitaires et souligne la contribution du savoir philosophique au traitement des problèmes mondiaux.

« Philosophie, diversité culturelle et rapprochement des cultures » est le thème retenu cette année pour la Journée, qui sera célébrée le 18 novembre, dans le cadre de l'Année internationale du rapprochement des cultures.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'Iran propose de proclamer 2011, Année du désarmement nucléaire

Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé jeudi les Etats disposant de l'arme atomique d'avoir « assimilé l'énergie nucléaire à la bombe atomique », d'avoir « empêché l'accès à cette énergie à la plupart des pays en établissant un monopole et en faisant pression sur l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) », alors qu'eux-mêmes « continuaient de maintenir et d'améliorer leurs propres arsenaux nucléaires ».