L'UNICEF met en garde contre les risques auxquels sont exposés les enfants migrants

L'UNICEF met en garde contre les risques auxquels sont exposés les enfants migrants

L'ONU encourage les Etats à protéger les droits des migrants.
Une nouvelle étude du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) met en garde contre les risques d'abus et d'exploitation qui menacent les enfants de migrants d'Amérique latine et les Caraïbes, et appelle à la mise en œuvre de politiques de protection de leurs droits.

Intitulée « Les enfants et les migrations internationales en Amérique latine et aux Caraïbes », l'étude souligne les avantages de la migration pour les adultes et les enfants, en terme de possibilités d'emplois ou d'accès à l'éducation. Mais elle montre aussi que ce choix peut exposer les enfants à des risques graves de violations des droits ou d'abus, quand ils sont confiés à d'autres ou lors du passage d'un pays à l'autre.

L'UNICEF et le CEPALC estiment que 6 millions de personnes d'Amérique latine et des Caraïbes ont migré dans la région et que près de 25 millions ont émigré vers les États-Unis et l'Europe.

L'étude précise que si le nombre exact d'enfants migrants n'est pas connu, les estimations récentes suggèrent que près de 1 migrant sur 5 est un enfant ou un adolescent susceptible d'être exposé à des abus.

« Des millions d'enfants ont été confrontés à de graves atteintes aux droits de l'homme du fait de leur situation ou de celui de leurs parents », indiquent les auteurs de l'étude, présentée à l'ouverture du 4ème Forum mondial sur la migration et le développement, organisé à Puerto Vallarta, au Mexique, en présence des représentants de près de 150 pays.

L'étude de l'UNICEF et du CEPALC souligne également que les politiques migratoires répressives, la xénophobie, la discrimination et la traite des personnes sont quelques uns des principaux dangers auxquels les migrants sont exposés, surtout s'ils sont dans l'illégalité.

Elle estime que le principal défi à relever pour les gouvernements de la région est celui de l'adoption de politiques migratoires qui protègent les droits des enfants, en particulier ceux qui émigrent de manière irrégulière, et qui garantissent une protection de leurs droits économiques, sociaux et culturels.

Parmi les autres recommandations mis en avant par le rapport, figurent aussi la nécessité de protéger le droit des enfants migrants à disposer d'une identité à la naissance et la nécessité d'éviter leur mise en détention s'ils sont entrés illégalement dans un pays.