République du Congo : une flambée de poliomyélite fait 58 morts

République du Congo : une flambée de poliomyélite fait 58 morts

Un enfant reçoit un vaccin contre la polio.
Une flambée aigüe de poliomyélite sévit actuellement en République du Congo, où l'on dénombre 120 cas de paralysie flasque aigüe et 58 décès, a indiqué vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), précisant que la moitié des cas ont été identifiés ces dix derniers jours.

Une flambée aigüe de poliomyélite sévit actuellement en République du Congo, où l'on dénombre 120 cas de paralysie flasque aigüe et 58 décès, a indiqué vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), précisant que la moitié des cas ont été identifiés ces dix derniers jours.

Le Congo ayant enregistré le dernier cas de poliomyélite en 2000, la flambée actuelle est due à un poliovirus importé, dont l'origine exacte fait encore l'objet d'analyses scientifiques.

La majeure partie des cas ont été enregistrés dans la ville portuaire de Pointe Noire, mais des contaminations ont également été relevées dans les localités de Dolisie, Kayes, Bouenza, Brazzaville, et Mvouiti.

Le gouvernement congolais a d'ores et déjà alerté la population et lancé un plan d'urgence, avec l'appui de partenaires clés, dont l'OMS et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). Au moins trois campagnes nationales de vaccination avec des vaccins antipoliomyélitiques oraux monovalents sont prévues dans les prochains jours et semaines.

« Le nombre de personnes à vacciner, les zones géographiques à couvrir et les groupes d'âge ciblés en priorité par ces campagnes seront déterminés par le gouvernement congolais en fonction de l'évolution épidémiologique », précise l'OMS dans un communiqué. Toujours selon l'OMS, une campagne de vaccination multi pays sera nécessaire pour couvrir les zones adjacentes exposées, dans la mesure où de nouveaux cas continuent d'être déclarés chaque jour.

« Il est important que les pays d'Afrique centrale et de la Corne de l'Afrique renforcent la surveillance de la paralysie flasque aigüe afin de détecter rapidement toute importation de poliovirus et de faciliter une réaction rapide », précise encore l'OMS, qui estime que « les pays devraient également renforcer l'immunité de la population afin de réduire au maximum les conséquences de toute introduction de virus ». Conformément aux recommandations de l'OMS, les voyageurs en provenance ou à destination de l'Angola, particulièrement touché par la polio, devraient aussi être systématiquement vaccinés.

« Compte tenu des progrès récemment enregistrés au Nigéria, où le nombre de cas a baissé cette année de 98% par rapport à 2009, il est hautement prioritaire de maîtriser rapidement la transmission persistante, comme c'est le cas en Angola, et de stopper les nouvelles flambées, comme celle au Congo », conclut l'OMS.