Burundi : visite d'un expert de l'ONU sur la situation des droits de l'homme

5 novembre 2010

L'expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme au Burundi, Fatsah Ouguergouz, effectuera une mission dans ce pays du 8 au 17 novembre 2010. Celle-ci sera sa première visite dans le pays depuis sa nomination par le Conseil des Droits de l'Homme en juin 2010 et sa prise de fonction le 1er aout 2010.

« Le but de ma mission est de prendre contact avec les autorités du Burundi, les organisations de la société civile, l'ensemble de la famille des Nations Unies et les membres du corps diplomatique accrédités au Burundi », a déclaré l'expert indépendant.

« Ma visite a essentiellement pour objet de recueillir des informations de première main sur la situation des droits de l'homme dans le pays» a-t-il ajouté.

Une conférence de presse se tiendra à Bujumbura à la fin de la visite le mercredi 17 novembre dans la salle de réunion de la Division des Droits de l'Homme et de la Justice à Bujumbura.

Le 24 juin dernier, le précédent expert indépendant, Akich Okola, avait exprimé des inquiétudes sur des allégations de violations des droits de l'homme pendant les élections communales, notamment des cas d'arrestation et de détention arbitraires ainsi que de harcèlement des opposants et de leurs partisans.

Au terme d'élections communales, présidentielles et législatives cet été, Pierre Nkurunziza a été réélu à la tête de l'Etat, son parti a obtenu la majorité au parlement et un nouveau gouvernement, respectant l'équilibre ethnique entre Hutus et Tutsis prévu par la Constitution, a été nommé fin août.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Pour consolider la paix, le Burundi dit avoir besoin de la communauté internationale

« Pour la première fois dans l'histoire du Burundi, des institutions démocratiquement élues ont terminé leur mandat, c'est un témoignage éloquent de la maturité politique et de la détermination du peuple à en découdre avec le passé tumultueux pour investir dans la paix, la stabilité et la réconciliation, condition sine qua non du développement durable », s'est félicité le deuxième vice-président du Burundi, Gervais Rufyikiri, devant la 65ème Assemblée générale de l'ONU.