Le HCR appelle le Kenya à arrêter le refoulement des Somaliens

3 novembre 2010
Des réfugiés somaliens au camp de Dadaab au Kenya.

Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) a appelé mercredi les autorités kenyanes à mettre un terme au refoulement de Somaliens au point de frontière de Mandera au nord-est du Kenya.

Selon le HCR, les autorités locales auraient donné l'ordre à plus de 8.000 réfugiés d'un camp de retourner du côté somalien de la frontière. Mardi, certains réfugiés ont avancé jusqu'au no man's land, indique mercredi l'agence onusienne dans un communiqué de presse.

Le HCR souligne qu'il est clair que « renvoyer des Somaliens au centre et sud du pays représente des risques » et « que la protection internationale de ces personnes doit être respectée ». La population située au point frontière de Mandera est principalement composée d'enfants, de femmes et de personnes âgées dont la plupart ont fui les combats armés entre les milices Al-Shebab et les forces d'Ahlu Sunna Wal Janaa dans la ville de Bulla Hawa.

« Le Kenya a depuis plusieurs années été généreux d'accueillir plusieurs milliers de réfugiés somaliens. Forcer ces personnes à retourner en Somalie trahit cet esprit, met des vies en danger et contrevient au principe du non-refoulement qui est contenu dans la Constitution kenyane », a souligné le HCR.

« Nous exhortons le gouvernement du Kenya à urgemment arrêter les retours et permettre à ceux qui se trouve dans le no man's land de revenir », a conclu l'agence.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.