Les dirigeants chypriotes grec et turc bientôt à New York pour accélérer les négociations

30 octobre 2010

Les dirigeants chypriotes grec et turc rencontreront le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, le 18 novembre à New York, dans le cadre des négociations menées sous l'égide de l'ONU pour la réunification de l''île méditerranéenne.

« La réunion s'inscrit dans le cadre du processus de négociation en cours, dont l'objectif est de parvenir à un règlement global du problème chypriote », a indiqué le bureau du porte-parole du Secrétaire général.

Le Président chypriote grec, Dimitris Christofias, et son homologue turc, Dervis Eroglu, se sont rencontrés périodiquement ces derniers mois pour négocier les conditions de l'avènement « d'une fédération bi-communale et bizonale basée sur l'égalité politique, comme définit dans les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ».

Plus tôt ce mois-ci, Ban Ki-moon a estimé que le processus de paix avançait trop lentement, avant d' exhorté les deux dirigeants à réaliser des progrès concrets, afin de maintenir l'élan qui a permis ces derniers mois de faire des progrès dans le rapprochement des deux communautés dans la perspective d'une réunification de l'île.

Les pourparlers en cours ont été lancés sous l'égide de l'ONU en 2008. Ils sont suivis par le Secrétaire général de l'ONU et son Conseiller spécial pour Chypre, Alexander Downer.

Chypre est divisée depuis juillet 1974, quand la Turquie a envahi le nord de l'île à la suite d'un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes grecs, soutenus par la Grèce et visant à rattacher Chypre à la Grèce.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Chypre : les négociations de paix avancent au ralenti

Lors de conversations téléphoniques jeudi avec les dirigeants chypriotes grec, Demetris Christofias, et turc, Dervis Eroglu, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a noté que les négociations sur la réunification avançaient avec lenteur et a appelé ses interlocuteurs à progresser sur les questions foncières, principal point d'achoppement des négociations.