Myanmar : le scrutin à venir doit être plus inclusif, selon Ban Ki-moon

Myanmar : le scrutin à venir doit être plus inclusif, selon Ban Ki-moon

media:entermedia_image:95941ea9-95d9-4807-b34c-5a90b105b302
A quelques jours des premières élections organisées au Myanmar depuis près de deux décennies, le 7 novembre, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé à un scrutin « inclusif, participatif et transparent pour assurer une transition crédible vers un gouvernement civil démocratique », lors d'une rencontre avec le Premier ministre de ce pays, Thein Sein.

Lors de leur entretien, qui s'est déroulé en marge du sommet ONU-Association des nations du sud est asiatique (ASEAN) organisé à Hanoi, au Viet Nam, Ban Ki-moon a réitéré son appel à la libération des prisonniers politiques et à la levée de restrictions de circulation imposées à l'opposante Aung San Suu Kyi, a indiqué le porte-parole du Secrétaire général.

Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix et à la tête de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), a été assignée à résidence pendant la majeure partie de ces deux dernières décennies.

Le Secrétaire général a également réaffirmé l'engagement de l'ONU à continuer à travailler avec le gouvernement et le peuple du Myanmar pour bâtir un avenir stable, démocratique et prospère.

Dans son discours devant les participants au sommet ONU-ASEAN, Ban Ki-moon a également rappelé aux chefs d'Etat et de gouvernement de la région qu'ils avaient aussi un intérêt significatif à voir le Myanmar faire de ces élections « une chance pour la paix, la démocratie et la prospérité ».