Myanmar : l'ONU appelle à un scrutin conforme aux standards internationaux

29 octobre 2010
Navi Pillay.

« Le 7 novembre, le processus électoral au Myanmar culminera avec l'organisation du scrutin dans tout le pays, mais les conditions pour que cette élection soit conforme aux standards internationaux ne sont pas réunies jusqu'à présent », a souligné vendredi la Haute commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay.

« Le gouvernement doit libérer immédiatement et sans conditions tous les prisonniers politiques pour que ce processus soit plus inclusif », a-t-elle ajouté dans un communiqué, rappelant que plus de 2.000 personnes étaient toujours emprisonnées, après avoir été condamnées sur la base de lois limitant la liberté d'expression, d'association et de réunion, et allant à l'encontre du droit international.

A l'occasion de la présentation de son rapport à l'Assemblée générale de l'ONU, la semaine dernière, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme au Myanmar, Tomas Ojea Quintana, avait déjà indiqué que la liberté d'expression, de réunion et d'association avaient été encore restreintes au Myanmar par la mise en œuvre de la législation électorale et les directives émises par la Commission électorale.

Dans son communiqué, la Haute commissaire aux droits de l'homme rappelle également le dernier rapport du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Selon ce dernier le Myanmar doit « faire des progrès afin de surmonter son double héritage de pays dans l'impasse politique et en conflit armé ».

Navi Pillay considère que « dans ce contexte, au-delà de ce scrutin, la transition démocratique nécessitera de sérieux efforts de réconciliation nationale incluant toutes les composantes du pays ». « Un dialogue constructif avec toutes les parties, en particulier celles exclues du processus électoral doit être entrepris pour que cette transition démocratique soit une réussite », ajoute-t-elle, soulignant « qu'après tant d'années de graves violations des droits de l'homme, des mesures visant à aborder les questions de la justice et la responsabilité sont également nécessaires ».

« Je tiens à insister auprès du gouvernement du Myanmar sur la nécessité de prendre d'urgence des mesures concrètes en faveur d'une transition démocratique effective qui prenne racine dans le pays », poursuit-elle, avant de souligner que « le peuple du Myanmar est clairement la recherche d'un avenir meilleur ». « Des élections honnêtes respectant les normes internationales devraient faire partie du processus de transition vers cet objectif », conclut Navi Pillay.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.