Cinquante pays d'Asie-Pacifique adoptent une feuille de route sur la gestion des risques

Cinquante pays d'Asie-Pacifique adoptent une feuille de route sur la gestion des risques

media:entermedia_image:7099ef6b-6654-4e6d-917a-865d4bda49a6
Face à l'augmentation de la fréquence et la gravité des événements liés aux conditions météorologiques, 50 pays d'Asie et du Pacifique ont adopté jeudi, lors de la Quatrième Conférence ministérielle régionale sur la prévention des catastrophes, une feuille de route destinée à intégrer la réduction des risques liés aux changements climatiques dans les politiques nationales de développement durable.

Cette initiative intervient quelques jours après que le cyclone Giri a provoqué de graves inondations au Myanmar et en Thaïlande, et que l'Indonésie a été frappée par un tsunami et une éruption volcanique qui ont tué des centaines de personnes et ont obligé des dizaines de milliers d'autres à fuir leurs foyers.

Les représentants des 50 pays se sont donné cinq ans pour mettre sur pieds des systèmes de gestion des risques liés au changement climatique pour réduire l'impact de ces évènements sur le développement local, national et régional.

« C'est la première fois que les gouvernements reconnaissent au niveau régional que la réduction des risques de catastrophe est un outil essentiel pour s'adapter au changement climatique et qu'ils adoptent une approche régionale de la gestion des risques pour réduire l'impact des catastrophes liées au climat », s'est félicité la Représentante de l'ONU pour la prévention des risques de catastrophe, Margareta Wahlström.

Baptisée « Incheon REMAP », la feuille de route se concentre sur trois thèmes principaux. D'abord, la sensibilisation et le renforcement des capacités des communautés afin qu'elles puissent mieux faire face aux risques liés aux conditions météorologiques. Ensuite, le partage de l'information grâce aux nouvelles technologies et le développement des bonnes pratiques dans le climat et la gestion des risques de catastrophe, afin que les décideurs soient mieux informés dans leurs prises de décision. Enfin, la promotion de l'intégration de la réduction des risques de catastrophe et de l'adaptation au changement climatique aux politiques nationales de développement durable.

« Je crois que le REMAP peut devenir un véritable guide pour toutes les pays de la région et au-delà de cela, c'est un moyen de contribuer à la réduction efficace des risques de catastrophes et à l'adaptation au changement climatique », a déclaré Park Yeon-soo, le Directeur de l'Agence nationale coréenne de gestion des urgences (NEMA), qui accueillait la conférence.

La feuille de route appelle également à développer les programmes de formation et de recherche sur la réduction des risques de catastrophe et l'adaptation au changement climatique au niveau régional. Elle souligne aussi la nécessité de développer une plate-forme commune permettant le partage de l'information et des technologies dans le domaine de la gestion des risques émergents et de la vulnérabilité des Etats.

Cela inclut l'accroissement des capacités hydrométéorologiques des pays pour améliorer la préparation aux pluies diluviennes, aux inondations et au crues imprévues, une amélioration des système de prévision météorologique, la mise en place de système d'alerte précoce et de plans d'évacuation, et enfin l'intégration des risques de catastrophe dans le développement urbain pour les collectivités les plus exposées.

La feuille de route comprend aussi un calendrier précis, comportant une description des étapes à franchir pour atteindre les objectifs généraux fixés, ainsi qu'une évaluation claire des possibilités d'action basée sur les ressources et les capacités réellement disponibles dans tous les pays. Les progrès accomplis dans la région Asie-Pacifique grâce à cette feuille de route seront examinés lors de la prochaine Conférence ministérielle asiatique qui se tiendra en Indonésie en 2012.

Dans leur déclaration finale, les participants à la Quatrième Conférence ministérielle ont par ailleurs appelé tous les gouvernements de la région à poursuivre leurs efforts pour mettre en oeuvre d'ici à 2015, le Cadre d'action de Hyogo - un plan d'action mondial pour renforcer la résilience des nations et des communautés. Ils ont également demandé que les gouvernements défendent la place de la réduction des risques de catastrophe dans les efforts d'adaptation au changement climatique dans les rencontres régionales et internationales, en premier lieu la prochaine réunion de la Convention cadre de l'ONU sur les changements climatiques (CCNUCC) organisée à Cancun, au Mexique, en décembre 2010.