Une experte plaide en faveur de systèmes de protection sociale intégrant le genre

Magdalena Sepùlveda.
Magdalena Sepùlveda.

Une experte plaide en faveur de systèmes de protection sociale intégrant le genre

Les systèmes de protection sociale prenant en compte le genre peuvent considérablement améliorer la participation des femmes à la vie économique et leur permettre de sécuriser un revenu minimum, a indiqué lundi l'experte indépendante de l'ONU sur l'extrême pauvreté, Magdalena Sepulveda, devant l'Assemblée générale de l'ONU.

« La pauvreté n'est pas neutre au niveau du genre », a déclaré Magdalena Sepulveda lors de la présentation de son rapport à l'Assemblée générale. Elle a exhorté les Etats à « consacrer davantage d'attention à l'équité de genre ».

Selon l'experte indépendante, les femmes sont plus vulnérables face aux discriminations et à l'inégalité de genre. « La réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement dépend considérablement du renforcement des capacités des droits humains des femmes notamment l'égalité de genre et l'autonomisation », a estimé l'experte. Elle a toutefois souligné que ces dernières années, de nombreux pays ont effectué des progrès importants en la matière.

« Les programmes de protection sociale doivent être implantés et complétés par d'autres politiques sociales dont les objectifs sont l'autonomisation économique des femmes afin de leur garantir un accès à l'éducation, la terre, les sources de production, le crédit, les droits d'héritages, la pleine capacité légale, la justice et la protection contre toutes formes de violences », a expliqué Magdalena Sepulveda.

« Les politiques sociales doivent également participer à un meilleur équilibre des responsabilités entre les hommes et les femmes au sein du ménage, en particulier la prise en charge des enfants et des personnes âgés », a-t-elle conclu.