RDC : la MONUSCO condamne une attaque contre une base au Nord Kivu

25 octobre 2010

Le Représentant Spécial de l'ONU en République Démocratique du Congo (RDC), Roger Meece, a condamné lundi avec « la plus grande fermeté » l'attaque perpétrée par des hommes armés, le samedi 23 octobre, contre la base des Casques bleus de la Mission de stabilisation des Nations Unies (MONUSCO) à Rwindi au Nord Kivu, à l'est du pays.

« Dans la soirée de samedi, vers 22h30, une cinquantaine d'hommes armés de fusils AK47 et d'armes de fabrication locale se sont regroupés devant cette base des Casques bleus en manifestant clairement leur intention de l'attaquer », a indiqué la MONUSCO par communiqué de presse. « En dépit des sommations répétées des Casques bleus, les hommes armés ont continué leur progression vers la base. Ils ont délibérément ouvert le feu sur les soldats de la paix, et tenté de pénétrer de force dans l'enceinte de la base, en plusieurs endroits », a-t-il ajouté.

Face à cette situation, les Casques bleus ont, à leur tour ouvert le feu sur les assaillants. L'accrochage a duré 15 à 20 minutes, et la riposte des soldats de la MONUSCO a entrainé la fuite des assaillants.

Des recherches immédiatement organisées après l'attaque ont abouti à la découverte, aux alentours de la base, des corps sans vie de sept rebelles et d'un autre assaillant grièvement blessé, qui a, par la suite, succombé à ses blessures. Deux autres rebelles blessés ont été retrouvés au cours de recherches supplémentaires menées avec les gardes de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) postés dans cette zone à proximité du Parc des Virunga. Après avoir été évacués vers la base MONUSCO, ces blessés ont été transférés à l'hôpital de Rutshuru. Le bilan provisoire de cette attaque est de 8 morts et de 2 blessés du côté des assaillants, dont l'identité n'a pas encore pu être établie. Deux AK47, trois chargeurs, 725 cartouches, trois machettes, une grenade et des explosifs ont été récupérés.

Les Forces armées congolaises (FARDC) ont, depuis l'incident, capturé plusieurs autres individus qui sont actuellement en détention. Une enquête approfondie est en cours, menée conjointement avec les autorités congolaises, afin d'établir l'identité et les motivations des assaillants, qui selon les premières indications, semblent appartenir à un groupe Mai Mai.

La MONUSCO a salué l'annonce, faite dimanche, à Rwindi, par l'Auditorat militaire du Nord Kivu, de son intention d'initier immédiatement une action judicaire contre les auteurs de cette attaque.

L'ONU « reste déterminée à poursuivre ses efforts en appui du gouvernement congolais pour consolider la paix en RDC », a conclu la MONUSCO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En RDC, l'ONU ne peut pas assurer une protection complète de tous les civils

« L'ONU ne pourra pas assurer une protection complète de tous les civils dans l'est du pays », a déclaré vendredi le Représentant spécial de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), Roger Meece, à l'occasion d'une présentation devant le Conseil de sécurité du dernier rapport du Secrétaire général sur la situation dans ce pays.