La FAO s'attaque à la faim au Nicaragua en aidant les petits agriculteurs

La FAO s'attaque à la faim au Nicaragua en aidant les petits agriculteurs

media:entermedia_image:7e58d7bf-469f-4d72-8789-bc395a91ef27
Afin d'enrayer la pauvreté rurale, l'Union européenne (UE) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont développé des programmes conjoints d'aide au gouvernement du Nicaragua afin de relancer la productivité des exploitations de petits agriculteurs notamment en ce qui concerne les cultures vivrières de base comme les haricots, le maïs et le riz.

Afin d'enrayer la pauvreté rurale, l'Union européenne (UE) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont développé des programmes conjoints d'aide au gouvernement du Nicaragua afin de relancer la productivité des exploitations de petits agriculteurs notamment en ce qui concerne les cultures vivrières de base comme les haricots, le maïs et le riz.

« 52,5 millions de personnes souffrent de la faim en Amérique latine », explique le Représentant adjoint, Bureau régional de la FAO pour Amérique latine et Caraïbes, Alain Bojanic, en précisant que l'augmentation des prix des denrées alimentaires et la récession mondiale sont parmi les principaux facteurs à l'origine de l'insécurité alimentaire croissante dans la région.

Ces dernières années, le Nicaragua a effectué des progrès significatifs dans la lutte contre la faim et la pauvreté. En dépit de ces efforts, il reste le deuxième pays le plus pauvre d'Amérique latine et des Caraïbes après Haïti. La pauvreté y est surtout un phénomène rural : deux ruraux sur trois vivent avec moins d'un dollar par jour, estime la FAO.

Pour le ministre de l'agriculture, Ariel Bucardo, « il est capital que ce pays produise suffisamment pour se nourrir ». Au Nicaragua, 80% des petits agriculteurs sont organisés en coopératives. Grâce aux 3 millions d'euros de la Facilité alimentaire de l'UE, la FAO a mis en place une opération sur deux ans pour surmonter les principaux obstacles à l'accroissement des rendements agricoles dans le pays. Les interventions comprennent la fourniture de semences améliorées et d'infrastructures de stockage, ainsi qu'un appui technique, par exemple en pratiques agricoles et en techniques de commercialisation.

Le coordonnateur du projet de la FAO, Leonard Fagot, souligne que lors de la campagne de semis qui s'est déroulée en mai et juin dernier, près de 4.865 hectares ont été semés avec des semences améliorées de haricots, maïs et riz fournies par la FAO bénéficiant à plus de 4.000 agriculteurs. Le coordonnateur de la FAO espère que cette assistance permettra d'augmenter la productivité de ces petits agriculteurs.

La sécheresse a frappé le département de Nueva Guinea dans le sud-est du pays, et les rendements sont demeurés légèrement inférieurs à la moyenne. Néanmoins, Leonard Fagot est confiant pour la prochaine campagne. « De nombreux agriculteurs reviendront travailler avec nous », a-t-il conclu.

Selon les dernières estimations de la FAO, le nombre de personnes affamés dans le monde est de 925 millions en 2010.