Ban Ki-moon salue le renforcement des relations entre l'ONU et l'Union africaine

22 octobre 2010

« Le développement d'une architecture de paix et de sécurité africaine est essentielle pour la prévention et la résolution des conflits à long terme », a souligné le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors d'un débat au Conseil de sécurité sur la paix et la sécurité en Afrique.

« Le développement d'une architecture de paix et de sécurité africaine est essentielle pour la prévention et la résolution des conflits à long terme », a souligné le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lors d'un débat au Conseil de sécurité sur la paix et la sécurité en Afrique.

Après avoir salué les efforts de l'Union africaine pour prévenir et résoudre les conflits sur le continent africain, il s'est félicité du développement ces dernières années du partenariat entre l'ONU et l'organisation régionale panafricaine.

Ban Ki-moon a notamment cité en exemple l'ouverture en juillet d'un bureau de l'ONU auprès de l'Union africaine à Addis Abeba. « Nous espérons que ce bureau facilitera une approche consistante, cohérente et stratégique de notre travail commun », a-t-il indiqué.

Il a également salué le lancement en septembre du Groupe de travail ONU-UA sur la paix et la sécurité, destiné à engager les deux organisations « dans une réflexion à haut niveau sur les manières de renforcer les capacité des réponses, pour prévenir les conflits, plutôt que de simplement répondre aux crises ».

Le Secrétaire général a toutefois rappelé qu'en dépit de ces progrès, l'UA continuait de « faire face à des difficultés pour sécuriser les ressources nécessaires afin de soutenir les opérations de maintien de la paix dans lesquelles elle est engagée ». « Les opérations de l'UA devraient recevoir le même soutien que celles de l'ONU », a-t-il estimé, citant notamment les exemples des missions en Somalie et au Darfour.

Intervenant dans le même sens, Ramtane Lamamra, le Commissaire de l'Union africaine à la paix et à la sécurité, a souligné l'importance de « garder à l'esprit les nombreux défis qui se présentent et nécessitent une plus grande mobilisation des Etats membres ».

Estimant qu'il « est également important de faire plus d'efforts pour renforcer l'efficacité des relations entre l'ONU et l'UA », il a présenté « des étapes qui peuvent immédiatement être franchies » : « des consultations plus régulières pour harmoniser les agendas » des deux organisations, « une coordination plus étroite et une meilleure synchronisation en terme de prise de décision », « des discussions plus substantielles dans les rencontres conjointes » qui sont organisées tout au long de l'année.

Dans une déclaration faite à l’issue de cette réunion, le Conseil de sécurité s’est félicité que « l’Union africaine poursuive ses efforts importants » et qu’elle « joue un rôle plus actif pour prévenir et régler les confits ». Il réaffirme également « la nécessité d’améliorer encore les interactions, la coordination et les consultations entre l’ONU et l’UA », mais rappelle aussi qu’il « incombe aux organisations régionales de s’assurer les ressources humaines, financières, logistiques et autres dont elles ont besoin, à l’aide des contributions de leurs membres ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU et l'UA plaident pour une diplomatie environnementale dynamique

A l'occasion de l'ouverture mardi du septième Forum sur le développement de l'Afrique à Addis-Abeba, en Ethiopie, les participants, dont de hauts responsables de l'ONU et de l'Union africaine (UA), ont appelé la communauté internationale à redynamiser la diplomatie environnementale.