Chypre : les négociations de paix avancent au ralenti

Chypre : les négociations de paix avancent au ralenti

Un véhicule blindé de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre.
Lors de conversations téléphoniques jeudi avec les dirigeants chypriotes grec, Demetris Christofias, et turc, Dervis Eroglu, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a noté que les négociations sur la réunification avançaient avec lenteur et a appelé ses interlocuteurs à progresser sur les questions foncières, principal point d'achoppement des négociations.

« Dans ces conversations avec les dirigeants, le Secrétaire général a noté que le processus s'est ralenti ces dernières semaines et il les a exhortés à accomplir des avancées concrètes sur les actuelles discussions foncières pour maintenir l'élan dans le processus de paix », a fait savoir jeudi le porte-parole de Ban Ki-moon.

Lancées en 2008, ces négociations ont débuté après que les dirigeants des deux communautés se sont engagés à travailler à la mise en place « d'une fédération bi-communale et bizonale basée sur l'égalité politique, comme définit dans les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ». Cette fédération comprendrait un gouvernement fédéral ayant une personnalité morale reconnue au niveau international et deux Etats fédérés grec et turc totalement égalitaires.

Le Secrétaire général suit de près les développements des négociations, a indiqué son porte-parole. Au début du mois de septembre les négociations sur les questions foncières avaient débuté. Le 14 octobre, un nouveau point de passage a été ouvert entre les deux communautés de Chypre à Limnitis/Yeþilirmak, dans le nord de l'île.

Par ailleurs, la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP) vient de franchir une étape importante dans sa mission de maintien et de consolidation de la paix : les Casques Bleus ont détruit ou désamorcé plus de 25.000 mines. Sur l'ensemble de ces mines 17.000 étaient des mines anti-personnel et 8.000 des mines antichar. L'UNFICYP estime qu'il reste environ 15.000 mines sur l'île qui sont dispersées sur deux millions de mètres carrés.

Chypre est divisée depuis juillet 1974, quand la Turquie a envahi le nord de l'île à la suite d'un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes grecs, soutenus par la Grèce et visant à rattacher le pays à la Grèce.