Chypre : ouverture d'un nouveau point de passage entre le nord et le sud

14 octobre 2010

« C'est un grand hommage au travail des dirigeants, aux deux communautés. Il n'y a pas si longtemps, beaucoup disaient que ce projet ne verrait jamais le jour. Les pessimistes avaient tort, la détermination des deux parties l'a rendu possible », a souligné jeudi le Conseiller spécial de l'ONU sur Chypre, Alexander Downer, à l'occasion d'une cérémonie marquant l'ouverture d'un nouveau point de passage entre les deux communautés de Chypre à Limnitis/Yeþilirmak, dans le nord de l'île.

Dans un communiqué rendu public par son porte-parole, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est lui aussi félicité de cette nouvelle étape qui « conduira à l'accroissement des interactions et de la coopération entre les communautés chypriotes turque et grecque ». Il a également « émis l'espoir que cela aide à renforcer le climat et la bonne volonté nécessaires pour que les négociations sous l'égide de l'ONU débouchent sur un règlement durable et mutuellement acceptable le plus tôt possible ».

Jeudi, à 10 heure, un tronçon routier de 6,5 kilomètres reliant la localité chypriote grecque de Kato Pyrgos et celle chypriote turque de Limnitis/Yesilirmak, construit grâce à l'aide du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a été inauguré, en présence d'Alexander Downer.

C'est le 7ème point de passage ouvert depuis 2008 et le lancement de négociations visant la réunification de l'île divisée depuis 36 ans. C'est aussi la première liaison routière entre ces deux localités du nord, qui va permettre aux habitants de la région de gagner la capitale, Nicosie, en une heure trente alors que jusque-là le trajet prenait plus de trois heures.

L'ouverture de ce nouveau point de passage doit aussi faciliter les discussions en cours entre la République turque de Chypre du Nord (RTCN), reconnue uniquement par la Turquie, et la République de Chypre, au Sud, reconnue au niveau international.

« Cela démontre qu'ici, à Chypre, le rapprochement des deux communautés n'est pas un travail facile, mais c'est un projet qui peut être réalisé », a indiqué Alexander Downer lors de la cérémonie.

« Il est à espérer que les deux dirigeants réunifieront Chypre. C'est possible et le succès de ce projet le démontre très clairement », a-t-il poursuivi, avant d'estimer qu'il « faudra beaucoup de volonté et de courage politiques », mais que les dirigeants des deux communautés recevront « un grand soutien, non seulement de l'ONU, mais aussi de l'ensemble de la communauté internationale ».

Lancées en 2008, les négociations pour la réunification de l'île ont débuté après que les dirigeants des deux communautés se sont engagés à travailler à la mise en place « d'une fédération bi-communale et bizonale basée sur l'égalité politique, comme définit dans les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ». Cette fédération comprendrait un gouvernement fédéral ayant la personnalité morale à l'international et deux Etats fédérés grec et turc totalement égalitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La République de Chypre appelle la Turquie à transformer ses mots en actes

« La Turquie doit respecter l'indépendance et l'intégrité territoriale de la république de Chypre et contribuer à parvenir à un accord qui réunifiera Chypre et son peuple », a demandé vendredi le Président de la République de Chypre, Demetris Christofias, dans son discours devant la 65ème Assemblée générale de l'ONU.