RDC : l'ONU très préoccupée par la mort en prison d'Armand Tungulu

8 octobre 2010

La Mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a exprimé vendredi « sa plus vive inquiétude » après la mort d'Armand Tungulu Mudiandambu, arrêté le 29 septembre pour avoir lancé des pierres sur le cortège du Président Joseph Kabila, et décédé trois jours plus tard pendant sa détention dans un camp militaire de Kinshasa, « par suicide » selon un communiqué officiel.

Dans un communiqué rendu public vendredi, la MONUSCO rappelle « solennellement aux autorités congolaises, les obligations qui leur incombent en vertu du droit national et de leurs obligations internationales en matière de privation de liberté ».

« Il s'agit entre autres, du droit pour toute personne d'être détenue dans un lieu sous contrôle d'une autorité judiciaire, du droit d'entrer immédiatement en contact avec sa famille ou son avocat, et du droit à l'intégrité physique ainsi qu'à la préservation de sa dignité et ce, quelque soit le motif ou la gravité des faits qui lui sont reprochés », ajoute la force onusienne.

« Les circonstances exactes de la mort d'Armand Tungulu Mudiandambu doivent être élucidées par une enquête transparente et impartiale que la MONUSCO appelle de tous ses vœux », conclu le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : les autorités doivent s'impliquer dans la protection des civils, selon Ban Ki-moon

Suite à la polémique sur la publication retardée d'un rapport sur les crimes perpétrés entre 1993 et 2003 en République démocratique du Congo (RD), le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a affirmé mercredi que le document n'avait pas été « édulcoré » et a appelé le gouvernement et la société civile congolaises à s'impliquer dans la protection des civils.