La coopération régionale doit être renforcée pour éradiquer la traite des êtres humains

7 octobre 2010

La Rapporteuse spéciale sur la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, Joy Ngozi Ezeilo, a plaidé jeudi en faveur d'un renforcement du cadre normatif et politique au niveau régional afin de lutter contre le trafic d'êtres humains, au terme d'une réunion de haut niveau sur le sujet qui s'est déroulée les 4 et 5 octobre à Dakar, au Sénégal.

« L'assistance et la protection des victimes ne peut pas être assortie de conditions, ceci afin de répondre aux besoins de ces victimes, en plus de respecter leurs droits. Les organisations régionales et subrégionales doivent donc s'assurer que les cadres normatifs, les politiques et les pratiques d'intégration des droits de l'homme soient adaptés à l'âge des victimes et tiennent en considération les questions de genre », a souligné Joy Ngozi Ezeilo à l'issue des deux jours de discussions entre experts de la lutte contre la traite de personnes des organisations régionales et subrégionales.

L'objectif de la rencontre était de définir de nouvelles approches novatrices et efficaces de manière à renforcer la coordination avec le système des Nations Unies et d'améliorer l'échange d'informations dans la lutte contre la traite des êtres humains.

« Je crois que les mécanismes régionaux sont dans une position unique pour lutter contre la traite de personnes d'une manière à assurer le respect et la promotion des droits de l'homme, notamment en raison de leur expertise et de leur connaissance des réalités locales. Je me réjouis de continuer à collaborer avec ces experts et leurs organisations respectives afin de renforcer l'efficacité de notre objectif pour mettre fin à la traite des personnes - un esclavage des temps modernes, qui prend de plus en plus d'ampleur et dont les répercussions en termes de droits de l'homme sont croissantes», a déclaré l'expert de l'ONU.

Lors de cette réunion, des experts d'Afrique, des Amériques, d'Asie, d'Europe et du Moyen Orient ont discuté des questions liées à la prévention de la traite de personnes, de la protection des victimes, et des cadres institutionnels et normatifs mis en place pour lutter contre ce trafic dans toutes ces régions.

« Une coordination efficace des différentes initiatives de lutte contre la traite de personnes et une coopération renforcée entre tous les acteurs impliqués dans ce domaine est essentielle pour optimiser les ressources disponibles, et réduire les duplications tout en tenant compte de l'épuisement des ressources alloués par les Etats », a déclaré la Rapporteuse spéciale.

La réunion, a permis d'effectuer un suivi des recommandations du rapport présenté par Joy Ngozi Ezeilo en juin 2010 au Conseil des droits de l'homme. Le rapport est disponible sur le site web suivant : http://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/docs/14session/A.HRC.14.3...

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU tire la sonnette d'alarme sur la situation des migrants clandestins

Le Groupe mondial sur la migration (GMG), qui rassemble plus de 14 agences internationales, dont 12 agences des Nations Unies, a exprimé jeudi sa profonde inquiétude sur le respect des droits de l'homme des migrants en situation irrégulière dans le monde entier.