Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité autorise l'envoi de renforts pour l'ONUCI

29 septembre 2010

Le Conseil de sécurité de l'ONU a formellement autorisé mercredi le déploiement immédiat de 500 casques bleus supplémentaires en Côte d'Ivoire pour une durée maximum de six mois, dans la perspective du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre.

La résolution adoptée par le Conseil autorise « une augmentation provisoire des effectifs militaires et de police autorisés de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) de 8.650 à 9.150 hommes. »

Le Conseil de sécurité a pris cette décision après la certification de la liste électorale définitive le 24 septembre par le Représentant spécial de l'ONU pour la Côte-d'Ivoire, Choi Young-Jin.

Divisée en deux parties depuis 2002 à la suite d'une guerre civile qui a opposé les forces gouvernementales aux rebelles du nord du pays, la Côte d'Ivoire est censée organiser des élections nationales depuis 2005.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a eu un entretien mercredi avec le chef de la diplomatie de Côte d’Ivoire, Gervais Jean-Baptiste Kacou, en marge de la 65e Assemblée générale.

Ban Ki-moon a salué les progrès réalisés pour préparer le scrutin présidentiel, en particulier l’établissement de la liste électorale. Il a appelé à un engagement ferme par toutes les parties à garantir que le processus électoral ne déraille pas. Il a assuré le chef de la diplomatie du soutien des Nations Unies dans ce processus, à travers notamment la fourniture d’un soutien logistique et technique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Côte d'Ivoire appelle au respect des engagements sur l'aide au développement

Face aux crises économique et alimentaire et au changement climatique, le Ministre des affaires étrangères de Côte d'Ivoire, Jean-Marie Kacou Gervais, a appelé mercredi, à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, « les pays industrialisés » à traduire leur engagement en matière d'aide publique au développement afin que les pays les plus vulnérables puissent atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).