Cambodge : des abus dans l'usage des lois sur la diffamation, selon un expert

29 septembre 2010

« Il y a eu un usage disproportionné des législations sur la diffamation et la désinformation contre les journalistes, les militants des droits humains et les dirigeants politiques », a souligné mercredi le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme au Cambodge, Surya P. Subedi, lors de la remise de son rapport au Conseil des droits de l'homme à Genève.

Reconnaissant que le Cambodge a fait des progrès importants dans le renforcement des droits de l'homme au fil des années, notamment en adoptant un certain nombre de lois, Surya P. Subedi a estimé que ce pays restait néanmoins « complexe en termes de protection et de promotion des droits de l'homme, la démocratisation n'ayant pas encore pleinement pris racine ».

« Les principaux domaines de préoccupation sont ceux relatifs à l'accès aux droits fonciers et au logement, à la liberté d'expression, et les nombreux défis auxquels est confronté le système judiciaire. Ces problèmes continuent d'ailleurs à dominer le paysage juridique et politique au Cambodge », a-t-il déclaré.

Dans son rapport, Surya P. Subedi a formulé un certain nombre de recommandations destinées à renforcer l'indépendance et la capacité du système judiciaire ainsi que la situation des droits de l'homme dans le pays. Il a également exprimé sa préoccupation face à la réduction de l'espace politique octroyé aux partis et aux militants de l'opposition.

Il a en particulier souligné la condamnation récente du chef de l'opposition, Sam Rainsy, avant de souhaiter qu'il y ait un appel de la décision et de demander que ce procès en appel soit suivi avec la plus grande attention afin de s'assurer qu'une procédure régulière et que les principes du procès équitable son respectés.

Le Rapporteur spécial a par ailleurs salué les efforts et la volonté affichée du gouvernement cambodgien d'améliorer encore la situation des droits de l'homme et de renforcer l'indépendance et la capacité de l'appareil judiciaire. Il a également appelé le gouvernement royal à devenir « plus tolérant » à l'égard des critiques et à faire avancer le pays en créant un programme d'action pour la mise en œuvre des recommandations formulées dans son rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Cambodge : quatre anciens hauts responsables khmers rouges inculpés

Le tribunal soutenu par les Nations Unies au Cambodge et chargé de juger les crimes commis sous le régime khmer rouge il y a trente ans a inculpé jeudi quatre anciens hauts responsables de ce régime.