Le Tchad exprime son inquiétude sur l'issue du référendum au Sud-Soudan

28 septembre 2010

Le Ministre des Affaires étrangères du Tchad, Moussa Faki Mahamat, a exprimé mardi, à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, ses inquiétudes sur l'issue du référendum d'autodétermination au Sud-Soudan et sur ses conséquences dans la sous-région.

« Le Tchad, comme l'ensemble de notre communauté sans doute, rêve de voir la paix s'instaurer au Soudan, qui s'apprête à vivre un événement politique majeur : le référendum sur l'autodétermination du Sud-Soudan », a déclaré Moussa Faki Mahamat.

« C'est un événement à haut risque si le processus qui y mène n'est pas maîtrisé et si le scrutin n'est pas organisé dans les conditions optimales d'indépendance, de sécurité et de transparence. Nous craignons que les ratés de ce processus compromettent la paix et la sécurité au Soudan et dans la sous-région. Cette crainte est confortée par l'appel lancé ce matin par l'Archevêque de l'Eglise Episcopale du Soudan, qui s'est dit préoccupé par les risques sérieux de guerre », a-t-il prévenu.

« Nous devons tenir compte de cette légitime inquiétude. En tout état de cause, la communauté internationale doit savoir que le référendum au Sud Soudan, quelque soit le résultat, ne manquera pas d'avoir des répercussions sur le reste de l'Afrique. Mon pays souhaiterait voir préserver l'unité et l'intégrité du Soudan. Mais les Soudanais sont seuls juges de leur devenir et le Tchad respectera leur choix », a-t-il expliqué.

Le Ministre tchadien des Affaires étrangères a souligné le rétablissement des relations entre le Tchad et le Soudan. « Si la normalisation des relations intervenue entre les deux pays est aujourd'hui effective, s'il y a une amorce de dialogue entre le Gouvernement et l'opposition armée au Soudan, la situation au Darfour mérite encore une attention particulière », a rappelé Moussa Faki Mahamat en soulignant que de l'autre côté de la frontière soudanaise, à l'Est du Tchad, il y a toujours « 290.000 réfugiés soudanais et 180.000 déplacés tchadiens depuis le déclenchement de la crise du Darfour en 2003 ».

Le Ministre tchadien a indiqué qu'en prévision du retrait de la Mission des Nations Unies pour la Centrafrique et le Tchad (MINURCAT), les autorités tchadiennes « ont pris l'engagement d'assumer par ses propres forces la protection de ces réfugiés et déplacés intérieurs, ainsi que celui du personnel humanitaire, des Nations Unies et du personnel associé ».

Le gouvernement va organiser au Tchad dans les prochains jours une concertation avec tous ses partenaires sur le sujet « afin de mobiliser les appuis logistiques et financiers nécessaires au Détachement intégré de sécurité (DIS) », a indiqué Moussa Faki Mahamat.

« Sur le plan du développement, le pays a consacré 60% des ressources additionnelles de son pétrole dans les secteurs sociaux et des infrastructures de base devant constituer les fondements de son développement socio-économique. Toutefois, les besoins de financements pour les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2008-2011 font ressortir un gap de plus de 3,5 milliards de dollars. Cependant, ces ressources financières nationales restent malheureusement en-deçà de nos besoins. Des ressources additionnelles nous sont donc indispensables pour financer notre développement », a plaidé le ministre qui appelle les institutions financières internationales, notamment la Banque mondiale, à atteindre le « point d'achèvement par rapport à l'Initiative des pays pauvres très endettés ».

Enfin, il a souligné que le Tchad organiserait en octobre prochain, le 8e Forum Mondial sur le Développement durable avec pour thème: 'Sauver le Lac Tchad, ce patrimoine mondial qui est en voie de disparition'.

« Le Lac Tchad qui a rétréci de 25.000 km2 à moins de 2.500 km2 en quarante ans, est l'exemple type des conséquences désastreuses du changement climatique. Je profite de cette tribune pour inviter toutes les bonnes volontés à participer massivement à ce Forum », a-t-il déclaré devant les 192 Etats Membres de l'Assemblée générale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Soudan veut qu'on retire le dossier du Darfour à la Cour pénale internationale

Le Vice-Président du Soudan, Ali Osman Mohamed Taha, a demandé lundi au Conseil de sécurité de retirer le dossier du Darfour à la Cour pénale internationale (CPI), qui a délivré deux mandats d'arrêt contre le Président soudanais Omar Al-Bachir accusé de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide.