La Tunisie défend une participation active des femmes dans la vie publique

28 septembre 2010

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Kamel Morjane, s'est félicité mardi, devant la 65ème Assemblée générale de l'ONU, de la création en juillet dernier de l'ONU Femmes, une nouvelle entité destinée à accélérer la réduction des inégalités de genre, et a rappelé que son pays défendait un rôle actif des femmes dans la société.

La Tunisie est « fermement persuadée qu'il ne saurait y avoir d'édification de la démocratie ni de réalisation du développement intégral sans une participation active de la femme dans la vie publique », a dit M. Morjane.

« On ne peut promouvoir la société et lui permettre d'accéder à des niveaux meilleurs sans améliorer la condition de la femme dans tous les domaines », a-t-il encore insisté, avant de rappeler que l'autonomisation des femmes était l'un des huit Objectifs du millénaire pour le développement, définis en 2000 par les Etats membres de l'ONU pour améliorer le sort de l'humanité avant 2015.

Kamel Morjane a estimé que la Tunisie offrait aujourd'hui « un statut privilégié aux femmes, confirmé par les indicateurs de développement humain ».

Le ministre a ainsi cité un certains nombre de statistiques nationales et internationales mettant en avant la place des femmes en Tunisie. « Elles représentent actuellement 30% de la population active du pays, leur taux de présence à des postes décisionnels ou à responsabilité s'élève aussi à 30%, elles constituent 33% des effectifs du corps judiciaire , magistrats et avocats, 42% du corps médical, et dans les universités, 60% des étudiants sont des jeunes filles », a-t-il indiqué, avant de souligner que le taux de représentation des femmes au parlement tunisien atteignait 30% à la Chambre des députés et 16% à la Chambre des conseillers.

« L'un des motifs de fierté de la Tunisie », a encore poursuivi Kamel Morjane, « c'est que le pays est classé au premier rang mondial en matière de traitement de la violence à l'égard des femmes et de la garantie de leur droit à la libre circulation et à l'accès à la propriété ». Dans le monde arabe, la Tunisie est aussi en tête dans l'octroi d'opportunités de participation à la vie économique, en tête aussi en Afrique pour ce qui est du niveau de revenu.

Preuve encore de l'engagement de la Tunisie dans l'autonomisation des femmes, Kamel Morjane a indiqué que son pays présidait actuellement l'Organisation de la femme arabe et qu'il accueillera dans quelques semaines le 3ème congrès de cette institution dont la raison d'être est la promotion des femmes.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La nouvelle chef de l'ONU Femmes plaide pour l'égalité des genres

La chef de l'ONU Femmes, l'ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet, a affirmé mercredi que le nouvel organe de l'ONU en charge de l'égalité des genres et de l'autonomisation des femmes, sera « le champion de la défense des droits des femmes ».