Zambie : 40.000 Congolais ont pu être rapatriés en RDC grâce au HCR

25 septembre 2010

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) se prépare à fermer deux camps de réfugiés en Zambie alors que 40.000 Congolais ont pu retourner en République démocratique du Congo (RDC) au cours des trois dernières années, dans le cadre d'un programme des Nations Unies.

Le camp de Mwange sera fermé mardi et le camp de Kala sera fermé le mois prochain, alors que programme de rapatriement volontaire va réduire ses activités d'ici à la fin de l'année, a précisé le HCR dans un communiqué.

Les réfugiés qui ne veulent pas retourner en RDC seront réinstallés dans le camp de Meheba, dans le nord-ouest de la Zambie, a indiqué l'agence.

Le HCR affirme que la plupart des Congolais se sentent désormais suffisamment en sécurité pour retourner dans leur pays et que beaucoup d'entre eux veulent utiliser les compétences acquises pendant leur séjour en Zambie, que ce soit dans les domaines de l'agriculture, la pêche et la menuiserie, pour démarrer de nouvelles vies.

« La volonté des réfugiés congolais de Kala et Mwange d'être rapatriés est très élevée », a dit Philippe Creppy, chef du bureau du HCR dans la ville de Kawambwa, en Zambie.

Quand les réfugiés retournent en RDC, principalement dans la région du Katanga, dans le sud-est, le HCR et ses partenaires leur fournissent des formations, des programmes de microcrédit et des projets pour générer des revenus. Les rapatriés reçoivent aussi de la nourriture, un abri et une aide pour le transport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La RDC affirme qu'elle s'efforce d'éradiquer l'insécurité

Le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila Kabange, a affirmé jeudi que les autorités congolaises s'efforçaient « d'éradiquer l'insécurité » et de « renforcer l'Etat de droit » pour notamment mettre fin à la violence faite aux femmes, dans un discours à l'ouverture du débat annuel de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York.