Somalie : Ban Ki-moon appelle à ne pas gâcher les chances de rétablir la paix

23 septembre 2010
Le Président somalien Sharif Sheikh Ahmed.

A moins d'un an de la fin de la période de transition en Somalie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les dirigeants somaliens à ne pas gâcher l'opportunité de rétablir la paix et la communauté internationale à faire plus pour aider ce pays.

A moins d'un an de la fin de la période de transition en Somalie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les dirigeants somaliens à ne pas gâcher l'opportunité de rétablir la paix et la communauté internationale à faire plus pour aider ce pays.

« Beaucoup d'éléments sont en place pour transformer les perspectives de la Somalie. Mais il faut agir de manière urgente pour que nous ne gâchions pas cette opportunité cruciale », a déclaré M. Ban lors d'un mini-sommet sur la Somalie, en marge du débat annuel de l'Assemblée générale des Nations Unies qui s'est ouvert jeudi à New York.

« Par-dessus tout, la violence doit s'arrêter. Les dirigeants des Institutions fédérales de transition doivent surmonter leurs divergences internes, renforcer les forces de sécurité et achever les tâches de la période de transition », a-t-il ajouté. « Le Gouvernement fédéral de transition devrait aussi se concentrer sur la fourniture de services de base à la population somalienne, payer les salaires aux forces de sécurité et continuer les efforts pour renforcer le secteur de la sécurité. »

Le Président somalien Sheikh Sharif Ahmed et le Président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, participaient à ce sommet au siège de l'ONU. Une trentaine de pays et plusieurs organisations régionales étaient aussi présents

Le Secrétaire général de l'ONU a estimé également que la communauté internationale « devait faire plus ». « J'apprécie les contributions généreuses faites par les donateurs, mais de sérieux manques de financement demeurent, à la fois pour le gouvernement et pour la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) », a-t-il ajouté.

Il a souligné que les Nations Unies continueraient à soutenir l'AMISOM, les forces de sécurité somaliennes et le processus politique.

Il a noté que sur le front humanitaire, le nombre de personnes ayant besoin d'aide dans le sud-centre de la Somalie avait chuté au cours des six derniers mois, en raison notamment d'une meilleure récolte. « Mais cette diminution pourrait être temporaire. J'appelle la communauté internationale à poursuivre son soutien ».

« Le succès du processus de paix de Djibouti, et l'avenir de la Somalie, sera déterminé en priorité par la capacité des Somaliens à trouver eux-mêmes la volonté de surmonter leurs différences et travailler ensemble pour la paix », a conclu le Secrétaire général. « Les Nations Unies resteront un proche partenaire de la Somalie dans cet effort. »

Dans une déclaration commune, les participants du mini sommet ont également appelé les Institutions fédérales de transition "à consolider leur cohésion et leur unité interne afin de contrer la menace posée par les attaques accrues des Al-Shabaab et d'autres extrémistes", et à achever les tâches qui restent avant la fin de la période de transition en août 2011.

La déclaration par ailleurs salue et encourage les efforts de l'ONU pour renforcer sa présence politique à Mogadiscio, au Puntland et au Somaliland.

Les participants au sommet ont enfin exprimé leur préoccupation concernant la situation humanitaire et ont condamné toutes les attaques contre les employés humanitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.