Les Etats-Unis réitèrent leur soutien à la création d'un Etat Palestinien

23 septembre 2010

Devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président des Etats-Unis, Barack Obama, a réitéré jeudi son soutien à l'objectif « de deux Etats, Israël et Palestine, vivants côte-à-côte en paix et sécurité ».

« Je suis heureux que nous ayons poursuivi des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens à Washington, Sharm el-Sheikh et Jérusalem », a déclaré Barack Obama lors du débat annuel de l'Assemblée générale qui s'est ouvert jeudi. « Aujourd'hui, beaucoup sont pessimistes sur ce processus. Les cyniques disent qu'Israéliens et Palestiniens sont trop méfiants les uns envers les autres et trop divisés intérieurement pour forger une paix durable », a-t-il ajouté.

« Si aucun accord n'est atteint, les Palestiniens ne connaîtront jamais la fierté et la dignité qui émergent lorsque l'on a son Etat. Les Israéliens ne connaitront pas l'assurance et la sécurité qui viennent avec la souveraineté et la stabilité de ses voisins », a souligné le Président américain.

« Je refuse d'accepter ce futur », a-t-il plaidé. « Nous croyons que cet élan doit être étendu. Nous pensons aussi que les négociations devraient continuer jusqu'à ce qu'elles soient achevées. Il est maintenant temps pour les parties de s'aider l'une l'autre pour surmonter les obstacles ».

Barack Obama a appelé les « amis des Palestiniens » à transformer « leurs promesses » en « actions ». Selon lui, les Etats qui ont signé l'Initiative de paix Arabe devraient saisir l'opportunité pour normaliser leurs relations avec Israël et aider politiquement et financièrement l'Autorité Palestinienne à construire les institutions du futur Etat.

« Ne faisons aucune erreur : le courage d'un homme comme le Président Abbas, qui se dresse pour son peuple devant le monde, est de loin plus courageux que ceux qui tirent des roquettes sur des enfants et des femmes innocents », a dit le Président américain.

« Nous pouvons revenir l'année prochaine avec un accord qui amènera un nouvel Etat Membre aux Nations Unies, un Etat Palestinien indépendant et souverain, qui vit en paix avec Israël », a-t-il conclu sur le sujet.

Barack Obama a évoqué de nombreux autres thèmes tels que la lutte contre le réchauffement climatique ou le renforcement de la démocratie dans le monde. Il a salué les efforts effectués en matière de désarmement nucléaire, notamment par la signature d'un nouveau Traité START entre les Etats-Unis et la Fédération de Russie qui vise à réduire les arsenaux nucléaires des deux puissances.

Il a également souligné qu'il avait « tendu la main » à la République Islamique d'Iran en reconnaissant ses « droits et ses responsabilités en tant que membre de la communauté internationale ». « L'Iran est la seule partie au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires qui ne peut pas démontrer les intentions pacifiques de son programme nucléaire et ces actions ont des conséquences. Au travers de la résolution du Conseil de sécurité 1929 de l'ONU, nous devons garantir que le droit international ne soit pas une promesse vide », a-t-il prévenu en soulignant que l'Iran devait démontrer « ses intentions pacifiques ».

« Ce qui nous unis en tant qu'êtres humains est de loin plus grand que ce qui nous divise et les populations du monde entier doivent pouvoir vivre ensemble en paix », a-t-il conclu devant les 192 Etats membres de l'Assemblée générale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Moyen-Orient : le Quatuor exprime son soutien aux négociations de paix

A l'issue d'une réunion mardi à New York en marge du Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, le Quatuor sur le Moyen-Orient, qui comprend les Nations Unies, les Etats-Unis, la Russie et l'Union européenne, a exprimé son vif soutien à la reprise des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens « qui peuvent résoudre toutes les questions sur le statut final d'ici un an ».