Sierra Leone : emploi des jeunes, corruption et élections, principaux défis

22 septembre 2010

La Sierra Leone a fait des progrès « considérables » dans la consolidation de la paix et la réalisation de la réconciliation nationale, souligne le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, tout en rappelant que le chômage des jeunes et la corruption représentent des freins aux avancées et que les élections de 2012 seront un test pour les institutions.

« Les élections qui se tiendront en 2012 seront une étape importante sur la voie de la consolidation de la démocratie en Sierra Leone et un test critique pour les institutions électorales, les dirigeants politiques et les partis politiques du pays », écrit le Secrétaire général de l'ONU dans un rapport sur la situation du pays publié mercredi.

« Des progrès considérables ont été faits en Sierra Leone quant à la consolidation de la paix et la réalisation de la réconciliation nationale. Toutefois, il est nécessaire de faire en sorte que les gains réalisés en matière de consolidation de la paix ne soient pas anéantis. Le chômage endémique des jeunes est préjudiciable à la stabilité du pays. De plus, il est essentiel de poursuivre les efforts de lutte contre la corruption », souligne-t-il dans le document.

« À ce propos, j'invite instamment le gouvernement à faire en sorte que des ressources suffisantes soient affectées à l'appui des efforts faits par la Commission de lutte contre la corruption », insiste Ban Ki-moon.

Sur l'organisation des élections, il rappelle que si « le gouvernement, les partis politiques, les institutions nationales et, de fait, les populations en Sierra Leone, assumeront la responsabilité première pour la conduite et le résultat pacifiques des élections, la communauté internationale devra également jouer un rôle de soutien important ».

Alors que les élections de 2012 approchent, Ban Ki-moon « lance un appel aux partis politiques, principales parties prenantes, pour qu'ils continuent de s'engager dans un dialogue et de régler leurs différends » et il demande « instamment aux parties » d'adhérer au code de conduite de la Commission d'enregistrement des partis politiques et de travailler en étroite collaboration avec la Commission électorale nationale sur l'organisation des élections.

L'annonce par le Gouvernement d'une enquête sur les exécutions du 29 décembre 1992 pourrait avoir des répercussions négatives sur la consolidation de la paix et saper l'équilibre instauré dans les Accords de paix de Lomé de 1999, estime le Secrétaire général.

C'est pourquoi il recommande « au gouvernement d'envisager à titre prioritaire d'accélérer la promotion de la cohésion et de la réconciliation nationales » et « à répondre aux préoccupations des parties prenantes du pays concernant la nécessité d'assurer l'égalité des chances de tous les citoyens quelles que soient leurs affiliations ethniques ou politiques ».

Parmi les événements positifs pour le pays, la signature d'importants accords conclus récemment dans le secteur de l'extraction minière. Ces accords « donnent de l'espoir à la Sierra Leone concernant son avenir et lui promettent l'autosuffisance financière dans les prochaines années », indique Ban Ki-moon, même s'il appelle « à faire preuve de prudence » et à appliquer les normes fixées par l'Initiative de transparence des industries extractives.

En raison de la situation actuelle en Sierra Leone, le Secrétaire général recommande que le mandat du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone (BINUCSIL) soit prorogé pour une nouvelle période d'un an, conclut le rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Procès Charles Taylor : Naomi Campbell citée à comparaître

Les juges du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) ont annoncé jeudi que le mannequin britannique Naomi Campbell était citée à comparaître le 29 juillet à La Haye, pour témoigner dans le procès pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité de l'ex-Président libérien Charles Taylor.