Stevie Wonder demande un accès plus facile aux livres pour les malvoyants

20 septembre 2010

A l'ouverture de la réunion annuelle de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), à Genève, le chanteur-compositeur américain de renommée mondiale et Messager de la paix de l'ONU, Stevie Wonder, a appelé la communauté internationale à prendre des mesures pour améliorer l'accessibilité des œuvres littéraires à tous ceux qui ont un handicap physique.

Devant les représentants des 184 Etats membres de l'OMPI, Stevie Wonder a lancé sa « Déclaration pour la liberté des personnes handicapées » qu'il a décrite comme « un appel à l'action, un plan visant à renforcer l'indépendance des personnes handicapées en leur fournissant les outils nécessaires pour apprendre et grandir ».

« Grâce à vos efforts, des incitations peuvent être créées pour que les aveugles et les malvoyants accèdent à la promesse d'une vie meilleure », a-t-il expliqué lors de son intervention.

« Nous devons déclarer l'état d'urgence, et mettre un terme à la privation d'informations qui continue de garder les aveugles et les malvoyants dans l'obscurité. Nous devons faire passer le mot, le génie des 300 millions de personnes ayant une déficience visuelle est inexploité. Nous devons le faire aujourd'hui, pas demain », a-t-il ajouté.

« Même si je sais qu'il est essentiel de ne pas agir au détriment des auteurs qui travaillent pour créer les grandes œuvres qui éclairent et nourrissent les esprits, les cœurs et les âmes, nous devons développer un protocole qui permette l'importation et l'exportation facile du droit d'auteur, afin que les personnes handicapées qui n'ont pas accès à la lecture puissent se joindre au monde alphabétisé », a poursuivi le chanteur-compositeur, avant de rappeler que « beaucoup de propositions pour créer un centre d'information qui permettent l'échange et la traduction des livres sont sur la table ».

Stevie Wonder a également appelé tous les participants « à mettre de côté les différences idéologiques et à trouver une solution pratique ». « Je vous demande respectueusement de vous joindre à ma « Déclaration de la liberté pour les personnes handicapées », en leur donnant les outils nécessaires pour sortir de la pauvreté et de l'obscurité créées lorsque l'esprit n'a pas accès à quelque chose d'aussi simple, mais si puissant, qu'un livre », a-t-il insisté.

« Nous avons les plus grands esprits dans le monde, ici dans cette salle. S'il vous plaît-elle, faite-le, sinon je devrai écrire une chanson sur ce que vous n'avez pas fait », a encore déclaré l'artiste américain aux 49 titres numéro un des classements internationaux ces dernière décennies et aux plus de 100 millions d'albums vendus dans le monde.

Les États membres de l'OMPI sont réunis en ce moment pour discuter, au sein du Comité permanent du droit d'auteur et des droits connexes (SCCR), de la manière dont un meilleur accès aux œuvres protégées peut être mis en place pour les aveugles, les malvoyants et d'autres personnes dans l'incapacité physique de lire.

Diverses mesures pratiques ont déjà été mises en œuvre, mais restent insuffisantes, comme le lancement en juin dernier d'un forum en ligne - www.visionip.org / forum- pour élargir la sensibilisation des responsables politiques et stimuler le débat sur cette question.

L'OMPI est une institution spécialisée des Nations Unies, dont la mission consiste à élaborer un système international équilibré et accessible de propriété intellectuelle, qui récompense la créativité, stimule l'innovation et contribue au développement économique tout en préservant l'intérêt général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Stevie Wonder se dit honoré par sa nomination comme Messager de la paix

L'auteur-compositeur-interprète américain Stevie Wonder s'est déclaré jeudi honoré d'avoir été nommé Messager de la paix de l'ONU, lors d'une conférence de presse au siège de l'Organisation, en présence du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et de la Représentante permanente des États-Unis, Susan Rice.