Les négociations directes entre Israéliens et Palestiniens suscitent l'espoir

17 septembre 2010

L'espoir est de retour dans la recherche de l'instauration de la paix au Moyen-Orient, a souligné vendredi devant le Conseil de sécurité, le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix dans cette région, Robert Serry.

« Nous sommes à un moment où l'espoir revient dans la recherche pour la paix au Moyen-Orient. Après des mois de négociations de proximité, le Premier ministre (israélien) Netanyahu et le Président (palestinien) Abbas sont venus ensemble à Washington sous les auspices du Président (américain) Obama et de la Secrétaire d'Etat (américaine) Clinton pour lancer les négociations directes entres Israéliens et Palestiniens les 1e et 2 septembre dernier », a expliqué Robert Serry, qui a rappelé qu'un second cycle de discussions directes s'étaient déroulées le 14 septembre en Egypte, à Sharm el Sheikh, et le 15 septembre en Israël, à Jérusalem.

Avant la reprise de négociations directes, le Quatuor – les Etats-Unis, la Fédération de Russie, l'ONU et l'Union Européenne- avait réitéré son engagement pour soutenir les discussions « entre les parties, qui mettent un terme à l'occupation qui a commencé en 1967 et qui aboutissent à l'émergence d'un Etat palestinien indépendant, démocratique et viable vivant côte à côte en paix avec Israël et ses autres voisins », a rappelé le Coordonateur spécial.

A Washington, M. Netanyahu avait affirmé que le Président Abbas était « son partenaire pour la paix ». Ce dernier avait « condamné la violence et exprimé son souhait de trouver une solution durable au conflit ». Robert Serry a aussi rappelé que les deux hommes s'étaient accordés sur « la recherche d'une solution fondée sur le principe de deux peuples et deux États » et que les négociations « devraient être achevées dans un délai d'un an ».

Les deux parties devront s'atteler à régler les « questions des frontières, de la sécurité, des réfugiés, de Jérusalem et de nombreux autres points ». Ils avaient décidé « de se rencontrer toutes les deux semaines afin de travailler à un accord-cadre sur le statut permanent ».

Le Coordonnateur spécial a par ailleurs salué la condamnation des deux dirigeants de l'attaque perpétrée le 31 août dernier en Cisjordanie, au cours de laquelle quatre Israéliens ont été tués.

« Je rappelle fermement au Hamas que la non-violence, l'unité palestinienne et l'acceptation des principes de base du processus de paix constituaient la seule voie par laquelle les Palestiniens pourront réaliser leurs aspirations légitimes », a-t-il plaidé devant le Conseil de sécurité.

Rappelant que le gel partiel de l'implantation de colonies israéliennes par le Premier Ministre israélien, il y a neuf mois et demi, avait eu des effets bénéfiques, Robert Serry a déclaré que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, se joignait au Quatuor pour demander une prorogation de ce moratoire au-delà de l'échéance fixée fin septembre.

Le Coordonnateur spécial a exprimé son accord avec les conclusions du récent rapport de la Banque mondiale qui énonçait que « si l'Autorité Palestinienne maintient ses progrès actuels en matière de consolidation des institutions et du service public, elle est bien placée pour l'instauration d'un État à tout moment dans un futur proche ».

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, accueillera, le 21 septembre, une réunion du Quatuor, puis rencontrera les membres du Comité de suivi de l'Initiative de paix arabe de la Ligue des États arabes, a rappelé Robert Serry.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU condamne le meurtre de quatre israéliens en Cisjordanie

Le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen Orient, Robert Serry, s'est dit choqué en apprenant l'assassinat mardi soir de quatre Israéliens, lors d'une attaque contre une voiture en Cisjordanie.