La démocratie est au centre des politiques de développement rappelle l'ONU

15 septembre 2010

« Alors que les leaders du monde entier s'apprêtent à se retrouver pour discuter des progrès réalisés dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement et des efforts entrepris pour réduire la pauvreté, la démocratie reste au centre de toutes les politiques de développement », a indiqué mercredi le nouveau Président de l'Assemblée générale, Joseph Deiss, à l'occasion d'un débat général organisé pour la Journée mondiale de la démocratie, célébrée depuis trois ans par l'ONU le 15 septembre.

Devant les Etats membres, Joseph Deiss a estimé que « la démocratie, le développement et les droits de l'homme » étaient « interdépendants », qu'ils avaient donc « un rôle essentiel à jouer dans les efforts de l'ONU pour combattre la pauvreté ».

Ce combat est la raison d'être des huit OMD définis en 2000 par les Etats Membres : réduire l'extrême pauvreté et la faim, assurer l'éducation primaire pour tous, promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le VIH/sida, le paludisme et d'autres maladies, préserver l'environnement, mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

La semaine prochaine, 139 chefs d'état et de gouvernement seront au siège de l'ONU, à New York, pour participer à un Sommet destiné à relancer la mobilisation de la communauté internationale pour atteindre les OMD d'ici à 2015.

« La responsabilité des dirigeants, l'efficacité des gouvernements et la participation du peuple sont essentiels pour que les changements durent dans le temps », a insisté Joseph Deiss, qui a placé les avancées dans la réalisation des OMD parmi les trois priorités de sa présidence, à côté du renforcement de la gouvernance mondiale et de la promotion du développement durable.

« Malgré la crise économique, les OMD sont à notre portée », avait-il déjà insisté mardi, lors de sa prise de fonction, appelant les participants au Sommet de la semaine prochaine à montrer « une volonté sincère et un véritable plan d'action, qui garantissent l'objectif ambitieux que la communauté internationale s'est fixé en l'an 2000 ».

Dans la déclaration du Millénaire instaurant ces OMD, les Etats se sont engagés à « ne ménager aucun effort pour promouvoir la démocratie et renforcer l'Etat de droit », a rappelé pour sa part le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, à l'ouverture du débat de l'Assemblée générale.

« La démocratie est un but en soi, essentielle pour bâtir une société juste, forte et en bonne santé. C'est aussi un outil indispensable pour le développement humain », a encore souligné Ban Ki-moon, avant d'insister sur le fait que « le développement a bien plus de chances de s'implanter durablement si l'on donne véritablement aux citoyens la possibilité de s'exprimer ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Développement et gouvernance, priorités de l'Assemblée générale

Inaugurant mardi la 65e session de l'Assemblée générale de l'ONU, le nouveau président de cette institution, Joseph Deiss, a estimé que la réponse de la communauté internationale à la crise économique et financière avait confirmé l'importance du multilatéralisme.