Une Vietnamienne remporte un concours de compositions épistolaires de l'ONU

15 septembre 2010

C'est en s'adressant à Zhang Yimou, célèbre réalisateur chinois de cinéma, que la jeune collégienne du Viet Nam, Ho Thi Hieu Hien, âgée de 11 ans, a su trouver les mots justes pour convaincre le jury et remporter la 39e édition du concours international de compositions épistolaires de l'Union postale universelle (UPU) pour les jeunes.

Une soixantaine de pays et près de deux millions d'enfants, dont 1,3 million rien qu'au Viet Nam, ont participé au concours de 2010. C'est la cinquième fois que le Viet Nam fait partie du palmarès et la première fois qu'il décroche la médaille d'or.

Le thème était: «Ecris une lettre à quelqu'un pour lui dire pourquoi il est important de parler du sida et de s'en protéger». Ce thème avait été choisi en relation avec la campagne de prévention au VIH lancée l'année dernière par l'UPU, le Programme conjoint des Nations Unies pour le VIH/sida (ONUSIDA), l'Organisation internationale du travail et UNI Global Union. Huit pays participent actuellement à cette campagne dans le monde entier, qui fait appel au vaste réseau postal pour sensibiliser les populations à l'importance de se protéger du VIH, le virus qui mène au sida. D'autres pays se joindront à la campagne cette année.

Face à l'incompréhension de son entourage, Ho Thi Hieu Hien explique qu'elle réalisera plus tard des films avec autant de talent que le réalisateur des films Le Sorgho rouge et Epouses et concubines pour expliquer aux futurs spectateurs l'importance de se prémunir de cette maladie. « Je transmettrai dans mes films l'amour, la douleur, l'ingratitude, l'ignorance... ainsi que les connaissances sur la prévention du sida d'une manière à la fois douce mais marquante? afin d'éveiller la conscience humaine », écrit-elle.

Les membres du jury international ont estimé que la jeune auteure avait transmis « avec finesse des messages importants qui s'adressent à un large public.»

Fidèle participant au concours international depuis une vingtaine d'année, le Viet Nam a remporté la deuxième place une fois en 2009 et la troisième place trois fois, en 1993, en 1999 et en 2004 ainsi que des mentions spéciales à diverses occasions.

« Même si le courrier personnel constitue une petite partie des volumes globaux de courrier, il est encore important de sensibiliser les jeunes aux finesses de l'art épistolaire et de favoriser chez eux une appréciation de l'écriture et de la communication, qui est au cœur de la mission des postes, » a déclaré Edouard Dayan, directeur général de l'UPU.

« L'ONUSIDA se réjouit du fait que, grâce à ce concours épistolaire, des milliers d'enfants du monde entier aient eu l'occasion de s'informer et de s'exprimer sur la thématique du VIH. C'est notre devoir d'écouter ces messages chargés de sens et percutants et d'agir en conséquence,» a dit pour sa part, Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA.

La jeune Bélarussienne Svetlana Zinevitch, âgée de 13 ans, a décroché le deuxième prix.

Le troisième prix est attribué à la jeune collégienne de la Barbade, Crystal Hippolyte, âgée de 15 ans. Des mentions spéciales ont été décernées à Francisca Amoussa du Bénin, Irène Petral de la Zambie, Patricia Sousa Florindo du Portugal, Sebastián Solis de l'Equateur et Irina Bidniak de l'Ukraine.

Lisez les lettres gagnantes disponibles sur le lien: http://www.upu.int/fr/cice2010.html

Le thème retenu pour l'édition 2011 est : «Ecris une lettre à quelqu'un pour lui expliquer pourquoi il est important de protéger les forêts.» Ce thème coïncide avec la célébration de l'Année internationale des forêts en 2011. Pour plus d'informations: http://www.upu.int/fr/cice2010.html

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

De jeunes éducateurs afghans font du porte-à-porte pour sensibiliser sur le VIH/Sida

Dans le cadre d'une campagne menées par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), de jeunes Afghans ont fait ces derniers jours du porte-à-porte dans l'est du pays, pour sensibiliser les populations aux risques liés aux VIH/Sida.